Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Israël rejoint l'Union africaine en tant que membre observateur: Réaction aussi pusillanime que ridicule d’Alger


Israël rejoint l'Union africaine en tant que membre observateur: Réaction aussi pusillanime que ridicule d’Alger
L’ Algérie reconnaît de facto l’Etat d’Israël. Celui-ci rejoint l'Union africaine en tant que membre observateur, puisque le nouvel ambassadeur israélien, en poste à Addis-Abeba, a présenté jeudi dernier ses lettres de créance au président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat. Ayant fait de la question palestinienne un fonds de commerce et mené une campagne de dénigrement contre le Maroc après le rétablissement de ses relations avec Israël, la junte militaire en Algérie a avalé sa langue et attendu cinq jours avant de réagir timidement au retour d’Israël à l’UA en tant que membre observateur. «La récente décision du président de la Commission de l’Union africaine d’accepter un nouvel observateur, qui relève de ses pouvoirs administratifs, n’affecterait pas le soutien constant et efficace de l’organisation continentale à la juste cause palestinienne, ainsi que son engagement à incarner les droits nationaux inaliénables du peuple palestinien, y compris son droit d’établir son Etat indépendant, avec Jérusalem comme capitale», a souligné le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué qui n’a ni queue ni tête, puisque le département présidé par Ramtane Lamamra n’a pas eu le culot de citer le nom d’Israël dans ce communiqué, ce qui laisse perplexe l’opinion publique locale et internationale à laquelle il s’adresse. «Cette décision, qui a été prise sans consultations approfondies préalables avec tous les Etats membres, n’a aucun pouvoir pour légitimer les pratiques et le comportement du nouvel observateur, qui sont totalement contraires aux valeurs, principes et objectifs inscrits dans l’Acte constitutif de l’Union africaine», a poursuivi le même communiqué brouillon. Et d’ajouter : «Il convient également de rappeler que les systèmes de travail de l’Union africaine ne donnent aucune possibilité aux 87 Etats observateurs hors Afrique d’influencer les positions de l’organisation continentale, qui est la prérogative exclusive des Etats membres». Cette position couarde de la part de l’Algérie n’a apparemment pas été du goût des Algériens qui réclament une position ferme. Ainsi, sur les réseaux sociaux, des internautes ont vertement critiqué la position de leur pays et sa duplicité en condamnant les pays qui « normalisent » leurs relations avec Israël mais en même temps accepte de siéger aux côtés de cet Etat au sein de l’UA en tant que membre observateur. « Mais la réalité, elle, est là. Que fera l’Algérie, fervente supportrice de la Palestine? Va-t-elle s’assoir à côté d’Israël au sein de l’UA, dont elle est membre fondateur? Encore une fois culottes à terre », a commenté Mohamed dans un tweet. « L'Algérie bénit l'adhésion d'Israël à l'UA dans un communiqué qui ne contient ni rejet, ni condamnation de la décision (prise par l’UA). Pis encore, l’Algérie a déclaré qu'aucune consultation n'avait eu lieu », a écrit une autre internaute dans un post sur Twitter, ajoutant que les généraux mentaient au peuple algérien en se vantant que « l’Algérie est une puissance régionale ». «On est curieux de savoir quand est-ce que l’Algérie compte quitter l’Union africaine. Puisque sa présence signifierait une reconnaissance de l’existence d’Israël, selon leur logique/historique », s’est s’indigné un autre Algérien. 

​Début de la 42ème session ordinaire du COREP de l’UA

Le Comité des représentants permanents de l’Union africaine (COREP) a entamé lundi par visioconférence les travaux de sa 42ème session ordinaire préparatoire de la prochaine réunion du Conseil exécutif prévue les 13 et 14 octobre prochain. Le Maroc est représenté à cette session par une délégation présidée par l’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’UA et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi. Les représentants permanents de l’organisation panafricaine vont notamment examiner lors de cette session de deux jours un rapport sur la pandémie de Covid-19 dans le continent et le rapport d'activité à mi-parcours relatif au thème de l'année : «Arts, culture et patrimoine comme leviers pour construire l’Afrique que nous voulons». Cette session se penchera également sur le système de recrutement au sein de la Commission de l’UA ainsi que sur d’autres points liés, entre autres, au rapport sur l'opérationnalisation du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique).

T. Mourad
Mardi 27 Juillet 2021

Lu 1335 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020




Dans la boutique

Flux RSS