Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Harvey Weinstein, producteur déchu désormais symbole du prédateur sexuel

L'ex-magnat a attribué sa passion pour les récits et l'art romanesque à une blessure à l'oeil pendant son enfance




Harvey Weinstein, qui a longtemps fait la pluie et le beau temps à Hollywood, a vu en quelques mois sa carrière de producteur imploser à la suite d'accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles de la part d'une centaine de femmes.
Après des mois à fuir les caméras dans un centre de désintoxication de luxe en Arizona, le producteur déchu, qui incarne désormais l'image du prédateur sexuel, devait se rendre vendredi à la justice pour y être inculpé.
Les révélations à partir de début octobre sur le harcèlement et les viols présumés commis par le producteur sur d'anciennes collaboratrices et des actrices dont des stars comme Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Asia Argento ou Salma Hayek, ont eu l'effet d'un tremblement de terre à Hollywood et au-delà.
Les actrices Asia Argento, Rose McGowan et Annabella Sciorra l'accusent de les avoir violées, d'autres de les avoir embrassées contre leur gré, entre autres. Mira Sorvino et Ashley Judd l'accusent aussi d'avoir ruiné leur carrière parce qu'elles avaient refusé ses avances. Cette dernière a lancé une procédure en justice.
Transformant profondément le regard sur le sexisme et le comportement des hommes à l'égard des femmes, le scandale a entraîné la montée en puissance du mouvement #MeToo contre les violences sexuelles et la création de l'organisation Time's Up par des vedettes de Hollywood pour défendre les victimes de harcèlement au travail.
Plus personne ne veut désormais avoir affaire à celui qui, avec son frère Bob, a fondé deux studios mythiques de Hollywood: Miramax, vendu à Disney en 1993, puis The Weinstein Company, en faillite et qui pourrait être racheté par la société d'investissement Lantern Capital.
Sa fortune, estimée à 150 millions de dollars, est largement menacée. Sa seconde femme, la styliste Georgina Chapman avec laquelle il vivait à New York, l'a quitté. Harvey Weinstein, 66 ans, a cinq enfants dont deux avec elle.
"J'avais ce que je croyais être un mariage heureux. J'aimais ma vie (...) Il était mon ami et mon confident et me soutenait", a-t-elle récemment confié au magazine Vogue, ajoutant se sentir désemparée face à leurs enfants: "Que sera leur vie? (...) Ils aiment leur père".
Longtemps, celui que Meryl Streep a un jour surnommé "Dieu", fut l'un des personnages les plus puissants de Hollywood. Ses sociétés ont produit des films culte comme "Pulp Fiction", "Kill Bill", "Gangs of New York", "The Artist", "Shakespeare in love", "Le patient anglais", véritables machines à Oscars: les oeuvres de Miramax et de la Weinstein Company ont accumulé 303 nominations et récolté 75 statuettes.
L'Académie des arts et sciences du cinéma a exclu mi-octobre celui auquel elle avait octroyé un Oscar de producteur pour "Gangs of New York".
Les syndicats de producteurs et l'Académie de la télévision l'ont aussi exclu tandis que le président français Emmanuel Macron veut retirer sa légion d'honneur octroyée en 2012.
Les frères Weinstein sont nés à New York dans le quartier du Queens.
Ayant hérité de la passion du cinéma de leur père Max, un diamantaire, Harvey et Bob ont co-fondé Miramax --associant le prénom de leur père avec celui de leur mère Miriam-- en 1979, avec l'argent accumulé en produisant des concerts de rock.
L'ex-magnat à la carrure imposante a attribué sa passion pour les récits et l'art romanesque à une blessure à l'oeil pendant son enfance, qui l'a immobilisé pendant des mois.
Les frères ont bâti leur renommée avec des films d'art et d'essai comme "Sexe, mensonges et vidéos", coup d'essai et coup de maître de Steven Soderbergh auréolé d'une palme d'Or à Cannes, le festival international du film qui était "son terrain de chasse", selon Asia Argento.
Après avoir vendu leur maison de production à Disney, les frères ont quitté le studio en 2005 pour monter une nouvelle entreprise portant leur nom.
"Harvey les ciseaux" --surnom pour sa tendance impitoyable à couper au montage des films--, il a aussi contribué financièrement à des associations contre le sida, la pauvreté ou en faveur du contrôle des armes à feu et de la couverture santé universelle.  Le producteur, vu pour la première fois depuis des mois en train de déjeuner mercredi à Malibu (Californie), était aussi connu pour ses accès de colère. C'était un important donateur du parti démocrate, sa chute générant des accusations d'hypocrisie à l'encontre de cette formation politique.

Samedi 26 Mai 2018

Lu 609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés