Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Haro sur la violence faite aux femmes en politique

Parlementaires, diplomates, politiciennes et militantes en conclave à Rabat




Leila Rhioui, représentante  de l'ONU-Femmes Maroc.
Leila Rhioui, représentante de l'ONU-Femmes Maroc.
 Une pléiade de femmes parlementaires, diplomates, politiciennes et militantes ont examiné, mardi à Rabat, les mécanismes de mettre fin à la violence à l'égard des femmes en politique, lors d'un débat organisé à l'initiative du Club international pour le leadership des femmes.
Cette rencontre initiée en partenariat avec l'ambassade de Suède vise à jeter la lumière sur la violence à l'égard des femmes dans un grand nombre de secteurs professionnels, y compris dans la vie politique et à adopter des recommandations sur les meilleures façons de se mobiliser contre toutes les formes de violence faite aux femmes, notamment dans le champ politique.
S'exprimant à cette occasion, la représentante de l'ONU-Femmes Maroc, Leila Rhioui, a souligné que cette rencontre qui s'inscrit dans le cadre de la mobilisation mondiale porte précisément sur les violences dont sont victimes les femmes élues dans les instances locales et parlementaires, notant que cette discussion a pour objectif d'identifier les formes de violence à l'encontre des femmes engagées dans la sphère politique.
Ces actes sont le reflet des violences subies par les femmes de façon générale et la manifestation d'une culture stéréotypée de genre qui considère que la femme au final doit rester dans l'espace domestique et que la sphère politique est réservée aux hommes, a-t-elle déploré.
"Cette violence touche toutes les femmes indépendamment de leur âge, de leur statut socioéconomique, de leur niveau d'éducation et de la région du monde où elles vivent. Il s'agit d'un phénomène mondial", a-t-elle relevé, expliquant que les actes de violences ne sont pas uniquement des actes individuels et isolés, mais ancrés dans des structures sociales inégalitaires.
Les femmes en politique sont confrontées à plusieurs sortes de violence psychologique, à travers "des remarques sexistes humiliantes, le découragement et les menaces, physiques et sexuelles, outre l'abus économique", a-t-elle ajouté, appelant les femmes à briser le silence et à signaler la violence sans aucune forme d'intimidation.
Elle a, ainsi, appelé au renforcement de l'arsenal juridique et l'adoption de nouvelles lois spécifiques aux violences politiques, la mise en place d'un système éducatif concentré davantage sur les droits de l'Homme et l'égalité des genres et la lutte contre la diffusion par les médias des images stéréotypées sur les femmes en encourageant l'esprit d'égalité, indiquant que cette rencontre intervient dans ce sens afin d'analyser avec des acteurs politiques les mécanismes d'éradication de la violence à l'encontre des femmes.
De son côté, l'ambassadeur de Suède au Maroc, Erika Ferrer, a indiqué que ce club lancé en 2016 par l'Institut national démocratique pour les affaires internationales (NDI) est ouvert à toutes les femmes parlementaires des différents partis politiques marocains, notant que cette initiative fournira aux femmes parlementaires non seulement une opportunité de se rencontrer et de partager leurs expériences et leurs défis, mais aussi d'améliorer des compétences qui leur seraient bénéfiques tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Parlement.
La rencontre d'aujourd'hui est axée sur un sujet important, celui de la violence à l'égard des femmes en politique, une thématique qui attire de plus en plus l'attention des mouvements mondiaux et suscite des débats à l'échelle internationale, a-t-elle précisé.
Pour sa part, le directeur résident du NDI, Slobodan Milic, a relevé que le Club international pour le leadership des femmes se veut une plateforme d'échange d’expériences et d’expertises entre les parlementaires et les ambassadeurs, concernant les grandes questions politiques et diplomatiques et un espace de promotion de la participation politique des femmes, notant que cette rencontre favorise le dialogue autour des meilleures pratiques pour plus d'inclusion et d'intégration des femmes dans la vie politique sans discrimination.
Dans une déclaration à la MAP, la militante et ancienne ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Nouzha Skalli, a souligné dans une déclaration à la MAP, que l’exclusion des femmes des postes de responsabilité et de prise de décisions dans la vie politique est une forme de violence exercée au sein des partis politiques et d'autres institutions politiques. Sur ce sujet, elle a évoqué l'exemple de la faible représentation des femmes dans le gouvernement et à la tête des conseils communaux et régionaux, considérant aussi la discrimination comme une forme de violence à l'égard des femmes, sachant que la Constitution consacre le principe de parité.
Ce réseau de diplomates de haut niveau organise une série d'événements qui offriront un environnement propice, loin des pressions des groupes parlementaires et des commissions, et cela afin de partager les expériences, développer des alliances et d'affiner les compétences qui seront utiles aux femmes parlementaires.
Les femmes parlementaires sont invitées à un déjeuner de travail tous les deux mois, dont l'hôte sera une femme ambassadeur de la communauté diplomatique au Maroc. Chaque réunion mettrait l'accent sur un défi de leadership différent pour les femmes en politique, en l'occurrence la constitution d'un réseau de relations, la communication, la gestion du temps et des ressources. Les ambassades pourraient faire appel à un expert international pour faciliter les discussions ou bien se fier à l'expertise marocaine.

Jeudi 14 Décembre 2017

Lu 1072 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés