Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grosse alerte : S’acheminerait-on vers une troisième phase ?

Forte augmentation des cas confirmés A l’apparition de foyers familiaux s’ajoute celle de foyers professionnels




Grosse alerte : S’acheminerait-on vers une troisième phase ?
 En moins de 24h, le Royaume a enregistré 18 nouvelles guérisons (247 au total) et un décès de plus (128). Malheureusement, le pays a également connu la plus forte augmentation de nouveaux cas atteints de Covid-19 depuis le début de l’épidémie. Le ministère de la Santé a annoncé 227 cas supplémentaires entre le mercredi à 18h et le jeudi matin (10h), atteignant ainsi un total de 2251 cas confirmés.  
Sur son site web, le ministère de tutelle a expliqué cette hausse par l’apparition de clusters dans des unités commerciales et industrielles. Hypothèse corroborée par Driss Elhabchi. Dans un post Facebook, le chef de la division de chimie et de toxicologie d’Ecotox, lie aussi cette soudaine augmentation auxdits clusters ainsi que d’autres « hors de maîtrise. Ils pourraient faire monter en flèche les nouveaux cas de Covid-19 au quotidien et changer le R0* », a-t-il précisé tout en blâmant « le manque de précautions sanitaires prises par les propriétaires des unités commerciales et industrielles en question ». Une inconscience coupable certainement mue par l’appât du gain. Elle n’est pas sans rappeler celle d’une clinique privée dont les propriétaires ont cru bon d’avertir les médias quelques heures avant la sortie de quatre personnes guéries du Covid-19. Résultat : une cohue indescriptible devant l’établissement au mépris de toutes mesures préventives.
Elhabchi qui a travaillé par le passé pour l’Institut Pasteur regrette également le retard à l’allumage en terme de dépistage : « Les plus de 500 tests réalisés en moins de 24h auraient dû être la norme quotidienne depuis le début ». Ainsi, on en vient à l’autre paramètre influant sur la flambée des cas confirmés : l’augmentation des tests réalisés. En effet et c’est inédit, 783 nouveaux tests ont été effectués en moins de 24h.
Soit près de 7 % des 11433 tests recensés à compter du 1er mars et l’apparition du premier cas. Cette relation entre l’augmentation des tests et celle des nombres de cas enregistrés est formellement établie. Sans elle, pas de sortie de crise. Pour preuve, la stratégie du dépistage massif a permis à plusieurs pays asiatiques de limiter les dégâts et retrouver une vie presque normale, même si le spectre d’une deuxième vague plane, comme en Chine où des dizaines de nouveaux cas ont été annoncés lors des dernières 48h.  
L’importance d’un dépistage massif n’est pas non plus passée inaperçue du côté du directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cela fait des jours que Tedros Adhanom Ghebreyesus s’égosille à demander aux pays du monde entier d’opter pour la stratégie du dépistage massif. « On ne peut pas gagner un match de football uniquement en défendant. Il faut aussi attaquer », a-t-il imagé. Puis de préciser : « Demander aux gens de rester chez eux et établir d’autres mesures de distanciation physique sont un moyen important de ralentir la progression du virus et de gagner du temps, mais ce sont des mesures de défense qui ne nous aideront pas à gagner. Pour réussir, nous devons attaquer le virus avec des tactiques agressives et ciblées. Il faut tester chaque cas suspect, isoler et soigner chaque cas confirmé, suivre et mettre en quarantaine chaque contact étroit».
De toute évidence, et en dépit du coût élevé des tests, l’appel du directeur de l’OMS a été entendu par le Royaume. Les CHU de Rabat, Casablanca, Marrakech, Oujda, Agadir et Fès prennent désormais en charge la prestation du diagnostic virologique par la technique qRT PCR des cas possibles du Covid-19 et de dépistage de leurs contacts. Sans surprise, mardi à Rabat, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a indiqué que « la réalisation des tests de dépistage du coronavirus (Covid-19) sera diversifiée et étendue dans le cadre d’une stratégie de la préparation du déconfinement et de la réduction du délai d’attente des résultats des analyses ». En revanche, il a exprimé ses craintes quant au risque d’épuisement des outils de dépistage dont le Maroc a récemment acquis 100.000 unités.
En tout cas, grâce à l’élargissement du cercle de dépistage, Khalid Ait Taleb et son ministère entendent « identifier les personnes ayant acquis l’immunité après le rétablissement du coronavirus et diagnostiquer les patients atteints ». Par la même occasion, il a également appelé à la vigilance tout en maintenant l’état d’urgence sanitaire car «l’épidémie peut redoubler d’intensité». Moins de 48h après son intervention, force est de constater que les chiffres lui ont donné raison.  


*R0 : C’est le taux de reproduction de base. Au Maroc, il est égal à 1,21 depuis le 9 avril 2020 contre 2 vers la mi-mars. Mais ce taux de reproduction pourrait évoluer. On estime qu’un R0 en dessous de 1 pourrait résulter de la
disparition du coronavirus.   

Chady Chaabi
Vendredi 17 Avril 2020

Lu 2162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif