Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Finale à Paris, revanche à Kiev et la belle à Saint-Denis


Libé
Vendredi 27 Mai 2022

Finale à Paris, revanche à Kiev et la belle à Saint-Denis
Pour la troisième fois, Liverpool et le Real Madrid s'affrontent en finale de la Ligue des champions, samedi à Saint-Denis: l'heure de départager ces géants européens après la victoire des Reds à Paris en 1981 (1- 0) et la revanche madrilène à Kiev en 2018 (3-1).

Liverpool, alors au sommet de son art avec Bob Paisley au poste de manager, accède à la finale de la Coupe des clubs champions, comme est alors désignée la compétion phare du football européen, le 27mai 1981 au Parc des Princes à Paris. Déjà deux fois victorieux (1977, 1978), les Redsfont face cette fois-ci au Real Madrid, ogre des premières années de la C1 (six trophées en 11 ans) avant de connaître une quinzaine d'années d'éclipse jusqu'en 1981.

"Nous n'avions pas peur d'eux (le Real Madrid), bien au contraire. Nous avions été en finale plusieurs fois, nous savions de quoi il s'agissait. C'est eux qui étaient inexpérimentés", racontait en 2018 Terry McDermott, ancien milieu de terrain de Liverpool et meilleur buteur de la compétition cette année-là, dans un entretien à l'AFP.

Quelques minutes avant le match au Parc des Princes, Bob Paisley était bougon à cause d'un problème de sponsors ayant poussé les responsables de l'UEFA à ordonner aux joueurs de Liverpool de masquer avec du ruban adhésif le logo de leur équipementier sur leurs maillots... Cela n'a pas empêché les Reds de s'imposer au terme d'un match terne, conclu par une frappe croisée de l'arrière gauche Alan Kennedy en fin de rencontre (81e).

Les joueurs de Liverpool purent alors célébrer leur succès dans la nuit parisienne, allant pour certains au Moulin Rouge, avant de rentrer présenter le trophée aux supporters à St George Square, dans le centre de Liverpool. En 2018, les dynamiques sont inversées: c'est le Real Madrid de Zinédine Zidane qui aborde la finale en favori après deux sacres consécutifs en 2016 et 2017,rêvant de réussir la passe de trois à Kiev, alors que le Liverpool de Jürgen Klopp est une équipe encore en apprentissage.

En ce 28 mai 2018, le début de match, heurté, voit la star des Reds Mohamed Salah sortir blessé à une épaule, victime d'une prise de judo du défenseur madrilène Sergio Ramos. Et le gardien de Liverpool Loris Karius,se plaignant d'un coup de coude du même Ramos, reste sur le terrain mais se verra diagnostiquer une commotion cérébrale quelques jours après le match.

A posteriori, ce choc au visage a peut-être pesé sur l'issue du match, avec deux bourdes successives: une relance à la main interceptée par l'attaquant du Real Karim Benzema, qui a ouvert le score (51e), puis une erreur sur une frappe lointaine de Gareth Bale, qui lui a inexplicablement échappé des mains (83e).

Au moins, Karius ne pouvait rien faire devant l'incroyable retourné acrobatique du même Bale (64e), l'un des plus beaux buts jamais inscrits en finale deC1,seulement trois minutes après l'entrée en jeu du Gallois. Côté Real, l'euphorie de cette "Decimotercera" (13e C1) est douchée dès l'après-match par la petite phrase de la superstar Cristiano Ronaldo, qui annonce à mots couverts son départ, avec une petite phrase qui glace les Madrilènes: "c'était bien de jouer dans ce club".

Quelques jours plus tard, le Portugais quittera le Real après une décennie triomphale (2009-2018), rejoignant la Juventus Turin.

Près de 7.000 policiers, gendarmes et pompiers mobilisés pour le choc

Un total de 6.800 policiers, gendarmes et pompiers sont mobilisés parla préfecture de police de Paris(PP) pour assurer la sécurité de la finale de la Ligue des champions qui opposera le Real Madrid à Liverpool, ce samedi au Stade de France.

Pour cette rencontre potentiellement explosive, les autorités s'attendent à une déferlante de 30.000 à 40.000 supporters de Liverpool sans billet pour la finale. La fan zone dévolue aux supporters de Liverpool a été conçue en conséquence, puisque, selon le communiqué de la PP diffusé jeudi, elle pourra accueillir jusqu'à 44.000 personnes.

Située dans le XIIe arrondissement de Paris, Cours de Vincennes, elle sera accessible samedi dès le début de l'après-midi jusqu'à la fin du match. Une seconde fan zone, dans le parc de la Légion d'Honneur à Saint-Denis, est réservée aux spectateurs espagnols avec billets, de 12H00 jusqu'à 18H00.

Ensuite, les supporteurs du club madrilène sont invités à rejoindre le Stade de France. Cette fan zone sera ensuite ouverte aux riverains "préalablement inscrits auprès de la mairie de Saint-Denis", a précisé la PP. Dans des périmètres de sécurité autour des deux fan zones, "tout rassemblement de nature revendicative est prohibé" et "les objets illicites ou considérés comme dangereux ne sont pas admis", a prévenu la PP, qui a pris des arrêtés en ce sens. Des animations sont prévues dans ces deux fan zones et il sera possible de s'y restaurer et de boire.

Dans le périmètre autour du Stade de France, de 18H00 samedi à dimanche 2H00, la consommation et la vente de boissons alcooliques sont interdites dans l'espace public, dans les établissements recevant du public, dans les débits de boissons. La consommation d'alcool est également prohibée dans les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et Paris-Orly.

En revanche, souligne la PP, "à compter de l'ouverture des portes à 18H00, la consommation d'alcool sera possible à l'intérieur du stade de France, pendant toute la rencontre"

Les dix derniers vainqueurs et le palmarès

La finale entre le Real Madrid et Liverpool oppose le premier et le troisième club le plus titré de l'histoire de la compétition.

Pour la troisième fois, ces deux équipes vont croiser le fer à ce stade de la compétition, ce qui en fait l'affiche la plus fréquente des finales de l'histoire de la Ligue des champions. Les deux clubs se sont affrontés en 1981 à Paris (victoire de Liverpool 1-0) et en 2018 à Kiev (succès du Real 3-1). Les deux équipes sont habituées à évoluer à ces altitudes, puisqu'elles cumulent vingt-cinq finales à elles deux. Le Real compte 13 titres; Liverpool six.

Seules cinq équipes se sont partagé le prestigieux gâteau qu'est la Ligue des champions depuis l'édition 2011, marquée par le sacre de Barcelone, et seul le Bayern Munich est venu perturber le duopole anglo-espagnol depuis cette même date.

Palmarès de la C1 depuis 2012:
2021: Chelsea (ENG)
2020: Bayern Munich (GER)
2019: Liverpool (ENG)
2018: Real Madrid (ESP)
2017: Real Madrid (ESP)
2016: Real Madrid (ESP)
2015: FC Barcelone (ESP)
2014: Real Madrid (ESP)
2013: Bayern Munich (GER)
2012: Chelsea (ENG)

Les clubs les plus titrés en C1(depuis 1956):
13: Real Madrid
7: AC Milan
6: Liverpool, Bayern Munich
5: FC Barcelone
4: Ajax Amsterdam
3: Inter Milan, Manchester United
2: Juventus Turin, Benfica Lisbonne, Nottingham Forest, Porto, Chelsea


Lu 1298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS