Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Février s’annonce chaud sur le plan social

Des grèves et marches de protestation organisées par les syndicats




 Le mois de février s’annonce chaud pour le gouvernement Saad Dine El Otmani qui doit faire face à des mouvements de protestation que comptent lancer plusieurs centrales syndicales et organisations professionnelles.
En effet, la Fédération nationale des syndicats des médecins dentistes du secteur libéral du Maroc organisera une grève le 11 février pour protester contre la détérioration des conditions sociales et économiques de ses adhérents et la non-satisfaction de son cahier revendicatif.
Les dentistes refusent aussi d’appliquer les nouvelles dispositions fiscales prévues par la loi de Finances 2019, tout en critiquant l’acharnement du fisc sur eux, l’application des dispositions relatives à la facturation électronique et l’exercice illégal de leur profession par des charlatans.
Pour sa part, la CDT a appelé, dans un communiqué rendu public avant-hier, à une grève nationale le mercredi 20 février dans la fonction publique, les établissements publics et les collectivités territoriales. Cette centrale syndicale conteste notamment les propositions faites par le gouvernement dans le cadre du dialogue social et proteste contre les atteintes aux libertés et aux droits syndicaux.
 Il convient de rappeler que la CDT qui avait organisé une marche nationale le 11 du mois courant compte de récidiver dimanche 3 février  à Rabat pour exprimer son « ras-le-bol contre la politique gouvernementale ».
Dans un appel exhortant l’ensemble des salariés à prendre part à cette marche, la FDT dénonce, pour sa part,  la politique du gouvernement « hostile aux revendications de la classe ouvrière ».
Lequel gouvernement, poursuit la même source, a gelé le dialogue social et « tous les accords » conclus avec les centrales syndicales, tout en portant  atteinte aux droits et acquis des salariés.
Dans son appel, la FDT a également énuméré ses revendications « justes et légitimes ». A leur tête figurent  l’augmentation des salaires et des allocations et l’allègement des charges fiscales et sociales.
Elle a, par ailleurs, appelé le gouvernement à « mettre fin aux atteintes aux droits et libertés syndicales notamment le licenciement collectif des travailleurs et les ponctions sur les salaires des grévistes opérées sans fondement juridique ».
La FDT dénonce l’atteinte à la gratuité de l’enseignement et la politique de contractualisation dans l’éducation et la fonction publique, ainsi que l’ouverture de la santé publique au capital libéral « qui renforce sa présence dans tous les secteurs sociaux».
Elle appelle également à la mise en œuvre du reliquat de l’accord signé le 26 avril 2011, notamment en ce qui concerne la création d’un nouvel échelon pour la promotion, l’annulation de l’article 288 du Code pénal et la ratification de la Convention 87 de l’OIT.  

H.T
Mercredi 30 Janvier 2019

Lu 871 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com