Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Eliminatoires de la CAN-2021: Les Comores aux portes de l'exploit


Un vent de folie souffle sur l'archipel: les Comores peuvent décrocher jeudi leur première participation à la Coupe d'Afrique de football (CAN), un rêve qui récompenserait un gigantesque travail pour monter une équipe portée par la diaspora. Un petit point. Il suffit d'un point en deux matches, si possible dès celui contre le Togo, jeudi au stade de Malouzini, au nord de la capitale Moroni, pour que le pays de 850.000 habitants, affilié seulement en 2005 à la Fifa, atteigne sa première grande compétition. Depuis quelques années, les matches à domicile des "Coelacanthes" (le poisson national, ndlr) sont les seuls évènements qui rassemblent des Comoriens de toutes les générations. Malgré le huis clos imposé par la pandémie, le dernier match, le 15 novembre (2-1 contre le Kenya) avait donné lieu à une fête populaire dans les rues de Moroni que même les forces de l'ordre ne semblaient pas vouloir disperser. Pour Comores-Togo, un millier de personnes ont été autorisées au stade, joueurs et autorités inclus. Ce match, les médias locaux en parlent depuis le début du mois, certains incrustent même un compte à rebours pour le match sur leur page des réseaux sociaux. La nouvelle dimanche de la "libération" des internationaux jouant en France, un temps bloqués par la Ligue pour éviter les risques de propagation du Covid-19, a fleuri sur tous les écrans d'un pays jusqu'ici connu à l'international surtout pour ses coups d'Etat... L'hymne de l'équipe tourne en boucle chez les revendeurs de disque, une multitude de véhicules sont décorés aux couleurs des Coelacanthes, vert avec les liserés des bandes du drapeau: jaunes, blancs, rouges et verts. "On se considère comme des ambassadeurs, ce serait une joie immense de se qualifier", lance à l'AFP Amir Abdou, 48 ans, sélectionneur depuis 2014, né à Marseille, où vit une forte communauté comorienne. Cet exploit à portée de crampons, "c'est huit ans de travail", poursuit-il. Un travail initié avec l'ancien manager de l'équipe, Ben Amir Saadi, marseillais lui aussi, et avec le soutien de l'ancien président de la Fédération comorienne (FFC), Salim Tourqui (démissionnaire en 2017). Abdou et Ben Saadi ont notamment scruté les divisions françaises pour trouver des talents avec des origines comoriennes. "La CAN serait une consécration, pour le staff, pour tous les joueurs, y compris ceux qu'on est allé chercher en DHR et N2", les divisions amateurs françaises, estime Amir Ben Saadi. L'ex "team manager", devenu conseiller, cite quelques pionniers, là dès le départ de l'aventure: Nadjim Abdou (Martigues, N2), capitaine depuis 2014, Youssouf M'Changama ou Ben Fardou, "qui s'est révélé avec nous, aujourd'hui il est à l'Etoile Rouge Belgrade, il a joué la Ligue des champions". L'équipe progressait, des matches amicaux étaient organisés en France, "et tout un pays a adhéré derrière, les politiques ont suivi", se félicite-t-il. Amir Abdou "remercie le président de la République", Azali Assoumani, de son soutien. Un stade a été construit à Malouzini, avec l'aide de la Chine, inauguré en 2019. "Ça a été difficile pour faire venir des joueurs expatriés, leur +vendre+ le projet. Puis d'autres se sont greffés, avec amour", enchaîne le sélectionneur. "Mais dèsleur arrivée au pays ils avaient envie de rendre ce que les Comores leur donnaient". Président de la FFC depuis 2017, Saïd Ali Saïd Athouman se félicite de cette "excitation" autour de ce grand rendez-vous. "Le foot est un facteur d'unité pour un petit Etat insulaire comme les Comores, où les gens mettent parfois en avant leur identité", leur appartenance à telle île de l'archipel, explique-t-il. Il est intervenu pour inciter les clubs français à libérer leurs joueurs, affrétant un jet privé supplémentaire pour ramener les joueurs du Caire, où ils joueront leur dernier match, qualification en poche, espèrent toutes les Comores. Guingamp ne voulait pas lâcher M'Changama, un des piliers des Coelacanthes. "Je comprends le président (Frédéric) Legrand, c'est son capitaine, mais je lui ai expliqué que personne ne sortait vainqueur de cette situation", raconte Saïd Athouman. "Voilà des années que M'Changama rêve de cette CAN, l'empêcher de vivre ce match aurait brisé le joueur". Il touche au but, et toutes les Comores avec lui.

Libé
Mercredi 24 Mars 2021

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS