Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Elections du 8 septembre: Unanimité des observateurs et des médias quant à l’ ancrage démocratique au Maroc


Evoquant les élections du 8 septembre, le politologue tunisien et ancien PDG de l’Agence de presse tunisienne (TAP), Mohamed Nejib Ouerghi, a fait observer que les élections législatives, régionales et communales ont tenu toutes leurs promesses et suscité le changement tant attendu par les Marocains.

« Historiques, elles l’ont été à plus d’un titre », a-t-il déclaré à la MAP en développant que ces élections ont fourni la preuve irréfutable de l’ancrage de la pratique démocratique dans le pays, de la profondeur du pluralisme et de la solidité de ses institutions.

Là-dessus, le spécialiste dans les relations euro-méditerranéennes et maghrébines a souligné : « Manifestement, la tenue simultanée des scrutins législatif, régional et communal a été un pari réussi renseignant fortement sur l’enracinement de la pratique démocratique au Maroc qu’attestent amplement la maturité du système politique et le fort sentiment d’appartenance du peuple à une monarchie citoyenne.

Mohamed Nejib Ouerghi estime que les « élections du 8 septembre marquent un tournant important dans l’évolution de la démocratie marocaine, exprimant du coup la volonté des Marocains d’amorcer un  nouveau virage, un changement de cap qui leur permettrait de conférer une effectivité à leurs aspirations pour l’ancrage davantage de la pratique démocratique, des meilleures conditions de vie et engranger de nouvelles avancées sur la voie du développement et du progrès économique et social».

L’ancien directeur de la rédaction du magazine «Réalités» et du journal «La Presse» a affirmé, en outre « que pour aller de l’avant sur les grandes réformes initiées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la « carte alternance » choisie par le peuple marocain vient opportunément donner une chance exceptionnelle pour mettre en œuvre le nouveau modèle de développement, une ambition pour 2035 qui devrait ancrer l’édifice démocratique marocain et faire du Royaume un pays où toutes et tous sont en pleine capacité de prendre en main leur devenir et de libérer leur potentiel».

«Dès lors, le changement du paysage politique (issu dudit scrutin) est une traduction parfaite d’une volonté générale de conférer à ce modèle de développement les conditions optimales de concrétisation », a-t-il souligné, en affirmant que c’est pour ces raisons que ces élections peuvent être qualifiées d’«historiques et marquent un nouveau cap aussi bien sur le plan politique, économique que social ».

Nejib Ouerghi a noté, d’autre part, que  « dans un contexte régional et mondial en mouvement et en butte à de nombreuses incertitudes, le Maroc a réussi la gageure d’organiser un scrutin dont personne ne peut douter de la transparence, du respect total des procédures régissant ce genre d’opérations, de la forte participation du corps électoral et du climat apaisé dans lequel cette consultation s’est déroulée ».

L’expert en relations euro-méditerranéennes et maghrébines n’a pas manqué, par ailleurs, de souligner que l’autre indicateur, qui ne trompe pas, a concerné le taux de participation dans les provinces du Sud qui a culminé à 63%, soutenant que « cet engagement citoyen marque indéniablement l’attachement des populations de ces provinces à leur marocanité et leur volonté sincère de se prévaloir en tant qu’acteurs dans le raffermissement du processus démocratique dans le Royaume » (…)

Et de conclure que « le Royaume est en droit de se prévaloir dans une région en butte à l’insécurité et à l’instabilité, en havre de paix et de stabilité et en un partenaire crédible sur lequel l’Europe peut compter pour essaimer sa réussite».

Toujours dans ce contexte, l’on peut noter que l’organisation des élections du 8 septembre et le déroulement du processus électoral en question ont bien requis l’unanimité de l’ensemble des observateurs aussi bien nationaux qu’internationaux quant à la transparence, la sérénité et la rigueur qui ont marqué toutes les étapes de ces consultations, traduisant une volonté collective de relever ce sublime défi citoyen.

Ainsi, de nombreux organismes régionaux et internationaux et autres ONGs de tout bord ont exprimé leur totale satisfaction de tout le déroulé desdites élections et du triple scrutin y afférent, relayés en cela par divers médias et organes de presse.

En effet, à titre d’exemple, la mission de la Ligue des Etats arabes qui a pris part à l‘observation des élections législatives, communales et régionales du 8 septembre au Maroc, a indiqué que ce triple scrutin s’est déroulé « conformément aux dispositions du cadre légal du processus électoral et aux normes et obligations internationales ».

« Aucune violation susceptible d’affecter fondamentalement les résultats de ces élections n’a été constatée», a affirmé ladite mission dans un communiqué, évoquant également « le rôle de premier plan joué par les différents médias marocains dans la couverture des différentes étapes du processus électoral », précisant que « les médias ont été présents dans un grand nombre de centres de vote dès les premières heures du jour du scrutin jusqu’à la fin du dépouillement».

S’agissant, justement des médias, le magazine espagnol « Atalayar », notamment, a souligné que « les élections tenues le 8 septembre au Maroc ont conforté la position du Royaume comme un «modèle dans la région»».

«Pour la première fois dans l’histoire du Royaume du Maroc, des élections législatives, régionales et locales ont été organisées le même jour et dans le contexte sanitaire de la pandémie », lit-on dans la revue espagnole spécialisée dans les affaires du Maghreb, qui met l’accent, en outre, sur la réussite de l’organisation de ce rendez-vous électoral.
Et la publication de faire observer que «le Maroc est devenu le premier pays africain et arabe à organiser des élections sans devoir les reporter, comme cela s’est produit dans d’autres pays de la région, et en respectant les mesures sanitaires ».

Le magazine « Atalayar » ajoute, d’autre part, que ces élections ont été marquées par un taux de participation élevé dans les régions du Sahara marocain, ce qui dénote  « la volonté de la population d’élire démocratiquement ses futurs représentants».

Rachid Meftah

Libé
Vendredi 10 Septembre 2021

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS