Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar, lors du meeting organisé par le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération à l’occasion de l'anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple

Il appartient à la nation toute entière d'affronter la pandémie, d'en triompher et de se diriger vers l'avenir en préservant la symbiose entre le Trône et le peuple




Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a pris part au meeting organisé à distance –crise sanitaire oblige- par le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération à l’occasion du 67ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple.
Dans son allocution en l’occasion, il a souligné que la commémoration de cet événement historique intervient dans des circonstances exceptionnelles et inhabituelles liées à la pandémie de Covid-19 et à ses répercussions négatives sur les plans sanitaire, économique, social, entre autres.
Pour cette raison, le dirigeant ittihadi a évoqué l'ampleur des défis qui attendent toutes les composantes de la société : le Souverain, le peuple et les autres institutions. Pour lui, cette commémoration constitue « une opportunité servant à lier le présent avec le passé et à se diriger vers l'avenir ».
« Le 20 août 1953, la nation marocaine toute entière a affirmé, à travers la Révolution du Roi et du peuple, son attachement à son Souverain, Feu Mohammed V, et a exprimé une forte symbiose entre le Roi et le peuple pour la liberté, l'indépendance et le retour du Roi au Trône de ses glorieux ancêtres».
Driss Lachguar a également souligné que cette symbiose a permis l’édification d’un Etat moderne et le parachèvement de l’intégrité territoriale du pays avec Feu Hassan II, ajoutant qu’aujourd'hui, sous le règne de S.M le Roi Mohammed VI, le Maroc a vécu au cours de ces deux décennies « une révolution permanente et continue d'un Roi jeune et ambitieux et d’un peuple loyal et fidèle dans le développement des institutions et la transition démocratique ».
 « Nous avons présenté au monde entier un modèle de démocratie émergente et forte », a-t-il précisé, affirmant que la pandémie de Covid-19 a imposé des défis extrêmes depuis le début à notre pays et que grâce à l’unité et la cohésion de toutes les composantes de la société, l’Etat a pu y faire face.
Le Premier secrétaire de l’USFP a souligné que le Maroc a présenté un modèle de gestion des crises graves. « Aujourd'hui, il appartient à la nation toute entière d'affronter cette pandémie, d'en triompher et de se diriger vers l'avenir en préservant la symbiose entre le Trône et le peuple ».
Il convient de rappeler que la Révolution du Roi et du peuple, dont le 67ème anniversaire a été célébré  jeudi dernier,  est un jalon important dans le processus de recouvrement de l’indépendance nationale 
 Le 20 août 1953, les autorités coloniales avaient contraint S.M Mohammed V et la famille Royale, à l’exil en Corse (puis à Madagascar à partir de 1954), afin de renforcer l’autorité de Ben Arafa et de mettre à mal l’ardeur de la résistance nationale. 
 Or, dès l’annonce de l’éviction de leur Souverain légitime, les Marocains, profondément attachés au glorieux Trône alaouite, sont descendus par milliers dans toutes les régions du Royaume pour manifester leur refus de cette atteinte indicible au symbole de leur unité. 
Ce soulèvement allait donner naissance aux premières étincelles d’une résistance,  attiser la révolte d’un peuple fidèle et fermement attaché à son monarque et déchaîner la virulence de l’action anticoloniale qui s’est déclinée par une forte mobilisation de toutes les composantes du peuple marocain en faveur de la souveraineté et de l’unité de la nation, ainsi que du retour de S.M Mohammed V. 
C’est ainsi que durant plus de deux ans, le pays a vécu au rythme d'actes de résistance, de grèves et de manifestations qui ont transformé en supplice la présence de l’occupant sur le sol du Royaume. 
Au bout de 28 mois, les forces coloniales furent ainsi contraintes de prendre acte de l'échec de leur entreprise. 
Le 16 novembre 1955, les revendications légitimes à la fois du peuple et du Souverain ont fini par aboutir, scellant le retour triomphal du Père de la nation dans son pays et  conduisant, un an plus tard, à l’annonce de l'indépendance et au début du "grand Jihad", à savoir l'édification d'un Maroc nouveau qui aspirait à la démocratie et au développement.
La Révolution du Roi et du peuple a donc non seulement attesté de l''indéfectibilité des liens qui unissent le Trône et le peuple, mais elle a aussi  permis aux Marocains d'offrir au monde un exemple exceptionnel en matière de libération du joug colonial, en ce sens qu'ils ont fait montre d'une solidarité sans faille dans la défense de leur identité et leurs constantes nationales faisant prévaloir un esprit éminemment patriotique à travers la diffusion des idéaux et des principes d'appartenance nationale et en  enracinant dans la mémoire collective le système de valeurs sur lequel s'est fondée l’action politique qui a permis de renforcer et d'immuniser la lutte nationale. 

H. T
Lundi 24 Août 2020

Lu 1085 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Septembre 2020 - 18:13 Le Groupe socialiste sur tous les fronts