Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar à l’émission “Confidences de presse”

Pour l’USFP, le gouvernement doit être composé de trois ou quatre partis et l’opposition de deux ou trois autres




Le Premier secrétaire appelle à ouvrir un dialogue sérieux entre les différents acteurs sur les libertés individuelles

«Quel est l’objectif du lancement du processus de réconciliation au sein de l’USFP ? »,  « quelle est la place du parti au sein de la majorité gouvernementale en particulier et au sein du champ politique en général ? » et « quelle est son opinion à propos du remaniement ministériel ? ». C’est à ces questions et à bien d’autres que le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a répondu dimanche dernier sur 2M en tant qu’invité de l’émission « Confidences de presse » (Hadit maa assahafa) modérée par le journaliste Abdellah Tourabi.
Concernant la réception du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, par S.M le Roi Mohammed VI samedi dernier, Driss Lachguar a assuré que cela est tout à fait normal, car « deux mois après le discours Royal à l’occasion de la fête de Trône, le chef du gouvernement est censé présenter à S.M le Roi une liste de propositions de compétences fondée sur un diagnostic précis », soulignant par la même occasion que « l’effort important consenti sur le plan financier et économique ou encore les grands chantiers n’ont pas eu un impact sur le plan social et que, partant, le pays lancera de grands chantiers et projets qui nécessitent de grandes compétences.
Le Premier secrétaire a précisé que le pays a besoin d’un nouveau souffle, ajoutant que « l’USFP a constitué une banque de données » comprenant les compétences dont regorge le parti de la Rose aussi bien sur le plan sectoriel que sur le plan national.  
Dans le même contexte, il a considéré que ce qui l'intéressait, c'est que S.M le Roi ait déclaré qu’il fallait des compétences au sein du gouvernement et de l'administration, ajoutant que la compétence des ministres ittihadis est indiscutable et que leurs bons résultats en témoignent.
Le Premier secrétaire de l’USFP a assuré qu'il présenterait aujourd'hui les mêmes noms au chef du gouvernement, car il est convaincu de leurs compétences, ajoutant que son parti n'avait aucun problème à participer avec un ou plusieurs ministres et qu'il continuerait à soutenir le "gouvernement des compétences".
Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a déclaré que ce qui gêne le gouvernement, c'est son poids, tant sur le plan numérique que politique, ajoutant qu'il préférerait que le gouvernement soit composé de trois ou quatre partis et  l’opposition de deux ou trois autres partis.
Driss Lachguar a souligné que l’USFP avait déjà présenté un document dans lequel il avait appelé à réduire le nombre de ministres et à ce que le gouvernement soit composé uniquement de ministres. Et d’ajouter: "A l’USFP, nous estimons que, conformément au discours Royal, le gouvernement doit être secoué et que la réduction de ses membres ne doit pas concerner uniquement les ministres, mais également le nombre des partis composant la majorité gouvernementale ».
Pour le dirigeant ittihadi, l’USFP est un parti responsable et il est le seul parti qui assume ses responsabilités au sein du gouvernement  et n’impute pas son échec ou son succès au chef du gouvernement.
Il a également expliqué que les élections ne constituaient pas une mesure de popularité. « Nous sommes un acteur politique de la société », a-t-il déclaré, ajoutant que le parti était fortement présent dans la société et dans les principales organisations professionnelles : la pharmacie, le journalisme, les universités, etc.
« Quand j’ai appelé à l'abolition de la criminalisation de l'avortement, j’ai été attaqué voire excommunié » par ceux qui défendent aujourd’hui une journaliste impliquée dans une affaire d’avortement clandestin, a martelé le Premier secrétaire de l’USFP, soulignant la nécessité d'ouvrir un dialogue sérieux entre les différents acteurs et de s'entendre sur des règles relatives aux libertés individuelles.
Concernant la réconciliation, le Premier secrétaire a affirmé que « l’USFP est fortement présent au sein de la société contrairement à ce que prétendent certains. A preuve, les réunions et les rencontres du parti dans toutes les villes du Royaume qui confirment que nous sommes sur la bonne voie », soulignant que « la réconciliation est un choix stratégique ».
Répondant à une question concernant s’il briguera un troisième mandat à la tête du parti de la Rose, le Premier secrétaire de l’USFP a affirmé qu’il s’agit de son dernier mandat à la tête du parti. "C'est mon dernier mandat à la tête de l’USFP", a-t-il tranché, expliquant qu’il sera toujours ittihadi et que son souhait est de réaliser la réconciliation avant son départ de la direction du parti et de « devenir un symbole historique » de l’USFP.
En plus du modérateur Abdellah Tourabi, deux journalistes ont pris part à cette émission. Il s’agit en l’occurrence de Mohammed Ahdeddah, journaliste au quotidien Al Massae et d’Ahmed Mediany, secrétaire de rédaction du magazine Tel Quel (en arabe).

Mourad Tabet
Mardi 24 Septembre 2019

Lu 1367 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com