Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Djokovic peut remercier Paris




 Après des mois de galère à lutter contre ses démons et une blessure au coude, Novak Djokovic n’a plus qu’à contrôler la patte douce de Marco Cecchinato (72ème mondiale) pour se hisser enfin en demi-finales d’un Grand Chelem pour la première fois depuis septembre 2016. Mais il se fait effacer par l’Italien en quatre sets, lors d’un palpitant ultime tie-break. Le Serbe épouvanté par ses errements, pique une colère mémorable qui va le relancer vers les sommets. Entre-temps, son coach aussi clinquant qu’éphémère est parti. Marian Vadja, le vieux complice est revenu. Après une randonnée avec son épouse sur les chemins de la Sainte-Victoire entre les Bouches-du-Rhône et le Var, il racontera : «J’ai puisé en ce moment une nouvelle inspiration, une nouvelle motivation». Ensuite, c’est l’euphorie après la furie. Il retrouve l’herbe anglaise qui lui procure un bien fou. Va en finale du Queen’s. Gagne Wimbledon après une demi-finale homérique face à Nadal. Et s’envole vers les sommets. A nouveau.

Mardi 1 Janvier 2019

Lu 93 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 20:56 WAC-Raja, un choc déterminant dans la course au titre

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:20 Tadej Pogacar bouscule l'histoire du Tour de France

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:19 Premier League: Liverpool mate Chelsea