Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dévastées par le tourisme de masse, les îles Phi Phi promettent de se réinventer


Libé
Jeudi 9 Décembre 2021

Dévastées par le tourisme de masse, les îles Phi Phi promettent de se réinventer
Aum plonge à 8 mètres de profondeur et relâche avec précaution un jeune requin bambou dans l'eau cristalline. Sa mission: repeupler les récifs au large de Phi Phi, joyau de la Thaïlande longtemps ravagé par le tourisme de masse.

L'archipel panse ses plaies depuis la pandémie et les autorités promettent d'y inventer un autre modèle de développement.

Le temps presse: sa célèbre Maya Bay, immortalisée par Leonardo DiCaprio dans le film "La plage" et forcée de fermer dès 2018 pour éviter une catastrophe écologique, doit rouvrir le 1er janvier.

Au large de la plage iconique, cinq requins bambous, deux mâles et trois femelles, sont mis à l'eau. Nés en captivité, les petits squales, au corps rayé et à la longue queue, hésitent à se faufiler parmi les poissons clowns, les barracudas et les tortues marines.

"Il leur faut un temps d'adaptation. Nous avons attendu qu'ils atteignent 30 centimètres pour optimiser leur chance de survie", explique à l'AFP le biologiste Kullawit Limchularat, dit Aum, qui mène l'opération en partenariat avec le Centre de biologie marine de Phuket (sud).

Une femelle pond une fois par mois. "Le but est qu'elle reste se reproduire ici et participe au repeuplement de l'espèce", "quasi menacée" d'après l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Le parc national marin de Phi Phi, ses plages de sables blancs et ses récifs coralliens, attiraient chaque année plus de deux millions de visiteurs avant la pandémie.

L'impact humain, la surabondance des bateaux à moteur, l'absence de régulation sur ces îles pourtant classées "parc national", combinés au réchauffement climatique, ont conduit à un désastre environnemental.

Maya Bay voyait déferler jusqu'à 6.000 personnes par jour sur son étroite plage de 250 mètres de long.

"La couverture corallienne y a diminué de plus de 60% en un peu plus de 10 ans", relève Thon Thamrongnawasawat de l'université Kasetsart de Bangkok. En 2018, le scientifique tire la sonnette d'alarme et pousse les autorités à faire fermer une partie de la baie, également dégradée par l'érosion.

La pandémie plonge ensuite l'ensemble de l'archipel en convalescence forcée.
Depuis, des dizaines de requins à pointes noires, des tortues vertes ou imbriquées se meuvent dans les eaux peu profondes. Des requins-baleines, les plus grands poissons au monde, en danger d'extinction, ont été repérés au large des côtes.

"Tout laisse à penser qu'il y a davantage de reproduction, notamment chez les requins qui apprécient les eaux calmes", relève Thon Thamrongnawasawat.

 Quant aux coraux, "plus de 40% des fragments replantés à Maya Bay ont survécu, un chiffre très satisfaisant obtenu grâce à l'absence de visiteurs".

Mais la guérison sera lente. Au moins deux décennies seront nécessaires pour restaurer le récif corallien, avertit le biologiste.

Phi Phi renoue timidement avec le tourisme, encore essentiellement local - même si les drastiques restrictions de voyage pour les visiteurs étrangers désireux de se rendre en Thaïlande ont récemment été assouplies.

Et Maya Bay doit rouvrir à partir du 1er janvier, après plus de trois ans de fermeture.
Personne ne veut refaire les erreurs du passé, assure Pramote Kaewnam, directeur du parc national.

Les bateaux ne seront pas autorisés à accoster près de la plage et déposeront les touristes sur une jetée loin de la crique. Les visites seront limitées à une heure, avec un maximum de 300 personnes par tour.

"Maya Bay nous rapportait jusqu'à 60.000 dollars par jour. Mais ces revenus énormes ne peuvent être comparés aux ressources naturelles que nous avons perdues", relève le directeur.

Le nombre de visiteurs sera aussi régulé sur d'autres sites phares de l'archipel. Et gare aux bateaux qui voudraient planter leur ancre sur les récifs coralliens ou aux touristes qui s'amuseraient à nourrir les poissons, ils seront passibles d'une amende de 150 dollars.
Phi Phi doit inspirer l'ensemble du royaume. Le gouvernement veut désormais mettre l'accent sur la qualité, "attirer des voyageurs haut de gamme, plutôt qu'un grand nombre de visiteurs".


Lu 489 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS