Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des réponses pragmatiques aux manœuvres d’Alger et ses protégés Un son de cloche à l’ envers du tribunal de l’UE

A la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU


Libé
Jeudi 7 Octobre 2021

L’Algérie, partie prenante du conflit artificiel, doit s’engager dans le processus politique de son règlement

Des réponses pragmatiques aux manœuvres d’Alger et ses protégés Un son de cloche à l’ envers du tribunal de l’UE
Les travaux de la 4ème Commission de l’Assemblée générale des Nations unies ont été marqués comme à l’accoutumée par les interventions d’éminents responsables politiques œuvrant dans l’examen des dossiers complexes et litigieux des relations internationales mais aussi d’experts géostratégiques, acteurs reconnus sur la scène internationale.

Lors de ces assises, plusieurs intervenants ont mis en avant, mercredi, l’importance de capitaliser sur les acquis des tables rondes organisées à Genève en 2018 et 2019 dans le cadre des démarches et efforts visant à aboutir à une solution pragmatique et définitive à l’affaire du Sahara marocain, sur la base, particulièrement, de l’initiative marocaine d’autonomie.

A ce propos, le géopolitologue et chercheur universitaire rwandais Isamél Buchanan a souligné la nécessité de consolider le processus des tables-rondes (entamé auparavant) dans la recherche d’un règlement définitif de la question du Sahara marocain, précisant dans ce sens que le plan d’autonomie, initié par le Royaume du Maroc, demeure la seule option sérieuse et crédible à même de mettre un terme à ce différend, et ce sous la souveraineté marocaine et dans le cadre de l’intégrité territoriale du Royaume.

L’expert rwandais a indiqué, par ailleurs, qu’à travers ses paramètres de réalisme, de pragmatisme et de compromis, l’initiative marocaine d’autonomie représente, sans aucun doute, la base d’une solution définitive à ce différend régional, ajoutant  qu’à travers la mise en œuvre de cette initiative, la population de la région sera en mesure de gérer démocratiquement ses propres affaires par le biais des organes législatif, exécutif et juridique.

Ismaël Buchanan a, en outre, rappelé et fait observer que l’organisation des Nations unies reste « le seul et unique » cadre pour le règlement de la question du Sahara marocain.
Le géopolitologue rwandais n’a pas manqué, là-dessus, de relever le rôle « important » de l’Algérie dans ce conflit régional artificiel, rôle traduit manifestement par le soutien qu’Alger apporte aux séparatistes du Polisario. De ce fait, ce pays hôte, l’Algérie, est partie prenante du conflit, a-t-il affirmé, soulignant que le Conseil de sécurité a appelé ce pays à faire preuve d’un engagement sérieux tout au long du processus politique visant à trouver une solution définitive au conflit artificiel autour du Sahara marocain.

D’autre part, devant ladite commission de l’Assemblée générale de l’ONU, l’ancien ministre congolais Pierre N’Guimbi a souligné, mercredi à New York, qu’au Sahara marocain, la régionalisation est en marche, relevant, à ce propos, que lors des trois scrutins du 8 septembre dernier, la population des provinces du Sud a librement exprimé son attachement à la mère patrie.

Par ailleurs, M. N’Guimbi, qui préside l’Association Maroc-Afrika cultures et développement, a rappelé que sur le plan international, la majorité des Etats membres de l’ONU adhèrent à l’initiative marocaine d’autonomie.

« La résolution 2548 du Conseil de sécurité est fondatrice pour la résolution définitive de la question du Sahara marocain », a-t-il développé, notant que cette résolution, «conforte, par conséquent, la démarche du Royaume du Maroc qui s’appuie sur la légalité internationale par le dialogue et le compromis en lien avec la volonté de la population et la réalité sur le terrain, la poursuite de la dynamique de développement et les reconnaissances accrues de la communauté internationale.

L’ancien ministre congolais a signalé, également, que cette résolution (2548) définit « sans ambages » les véritables parties dans ce conflit régional, en pointant expressément le rôle du pays hôte, l’Algérie…

Au sujet du volet économique et toujours lors des assises de la 4ème commission de l’Assemblée générale des Nations unies, l’ancien vice-ministre des Affaires intérieures de Zambie, Grace Njapau, a souligné que le Sahara marocain est désormais la région «  la plus stable et la plus prospère en Afrique », grâce au nouveau modèle de développement.
« Ce chantier structurant a radicalement transformé les perspectives économiques et de développement de la région », a-t-elle indiqué avant d’expliquer que ce nouveau modèle fait partie d’une stratégie nationale globale et intégrée de développement qui vise à améliorer les conditions de vie des populations locales et à réaliser de grands progrès d’infrastructures, le but étant d’assurer un décollage économique de la région.

Mme Nijapau a noté en outre que la nouvelle dynamique, enclenchée par le nouveau modèle de développement qui draine des investissements locaux et internationaux, est de nature à faire de cette région un hub pour les échanges économiques et une interface culturelle et humaine entre le Maroc et les pays subsahariens (…)

Toutes ces conclusions, ces constats exprimés au terme de longues recherches et observations et de profondes études et analyses mais aussi à travers des actions diplomatiques effectives dans le cadre de responsabilités politiques diverses, sont autant de réponses accablantes aux ennemis de notre intégrité territoriale et des sons de cloche à l’envers de ces pauvres magistrats du tribunal de l’Union européenne.

Rachid Miftah


Lu 576 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS