Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Des numéros 9” servis à toutes les sauces


En s’appuyant sur deux profils d’attaquants différents, le DHJ et le WAC ont décroché des résultats similaires



L’une des particularités du football moderne est de faire fi de tout conformisme. Un pragmatisme et une réflexion tactique auxquels se plient également les techniciens des clubs nationaux, comme on a pu le constater les soirs de vendredi et samedi, lorsque le DHJ de Talib et le WAC de Benzarti sont allés décrocher un point respectivement à Alger sur le terrain du Mouloudia (1-1) et au stade Murunbi de Pretoria, l’antre des Sud-Africains du Mumelodi Sundowns (1-1).  Pour argumenter cette théorie, il suffit de scruter l’animation offensive des deux équipes. Si sur le papier, les schémas de départ présentaient des similitudes, avec une attaque à trois, sur le terrain, c’était une toute histoire, dépourvue d’attaquants à l’ancienne. 

Nanah, le 9, meneur de jeu
A Alger, la bataille de tranchée au milieu de terrain, symbolisée par les 39 fautes commises en 90’ dont plus de la moitié apanage du Difaâ (25), aurait pu cristalliser notre attention. Cependant, c’est bien l’attitude et le positionnement de Nanah, l’avant-centre jdidi qui nous a surpris, puisque le schéma de départ en 4-3-3 a vite laissé place à une organisation en 4-3-1-2, lui offrant un rôle de meneur de jeu. 
La nuance est menue mais bien réelle, car l’attaquant marocain a beaucoup décroché (Voir photo de haut) pour deux principaux résultats : 1- Souvent dos au but dans un rôle de pivot, Nanah a permis à son bloc équipe de remonter. Positionnés plus haut sur le terrain, les Doukkalis ont ainsi mis le pied sur le ballon, une grande majorité du temps (58% de possession). 2- En demandant les ballons au niveau du rond central, l’avant-centre aspirait l’un des défenseurs centraux. L’espace laissé par ce dernier a offert aux ailiers, Msuva et Ahadad, la possibilité d’attaquer goulûment la profondeur, en effectuant des courses intérieures qui ont mis à mal l’arrière-garde algérienne.  
D’ailleurs, en autopsiant les 11 tirs dont 5 cadrés du Difaâ, il parait clair que la position de Nanah fut à l’origine de la plus part d’entre eux. C’est vrai que le but marqué (77’) est surtout dû à la bourde du gardien adverse, mais si cela a été possible, c’est grâce à la course en profondeur d’Ahaddad, le buteur.
L’audace tactique du coach Talib, aurait dû être payante tant les Algériens n’ont que très rarement inquiété le bloc bas et compact d’El Jadida. Mais il était écrit que la soirée de vendredi n’était pas celle des gardiens, le Mouloudia, réduit à 10 depuis l’heure de jeu, ayant réussi à arracher l’égalisation, sur une grossière bévue d’El Kinani, qui n’a pas su fermer sa main et encore moins son premier poteau (82’). 

Tighazoui, le faux attaquant
Dix mille kilomètres plus au Sud, à Pretoria, c’est un tout autre profil d’attaquants qui était à la pointe de l’animation offensive du WAC. Mais tout compte fait et à la lumière du positionnement de Tighazoui, « en pointe » n’est peut-être pas le terme idoine. L’ex-Khouribgui a été partout sauf dans la surface de réparation, pis il a été partout et nulle part à la fois. Dans un rôle de faux numéro neuf, il aura souvent déserté les 18 mètres (Voir photo de bas), à la recherche de ballons dans les pieds, au niveau du rond central ou sur les ailes. Ce dézonage, s’il rend possible plus de combinaisons, il revêt également une incohérence au vu de la désormais légendaire volonté qui anime le coach Benzarti, à savoir, porter le danger par les côtés. Laquelle tombe à l’eau et n’a plus de sens sans attaquant de surface. 
Certes, le WAC a réussi à égaliser sur un centre d’Ounajem, déposé sur la tête de son pendant côté droit, Haddad, après avoir concédé l’ouverture du score, dès l’entame du match (3’), sur un mauvais alignement du quatuor défensif wydadi, mais cela n’obstrue pas le peu d’inspiration dont a fait preuve le technicien tunisien, car hormis cette action, le Wydad de Casablanca (38% de possession) n’a jamais ou a très peu pesé sur la défense sud-africaine et n’a créé véritablement le danger que sur coups de pied arrêtés. Logique, quand tes trois attaquants sont du même profil et portent beaucoup trop le cuir, mais aussi quand ton numéro dix, en l’occurrence El Karti, censé fluidifier le jeu et être le lien entre l’attaque et les deux milieux défensifs, est aux abonnés absents.

 

Pour le Difaâ comme pour le WAC, le point ramené hors de leurs bases peut s’avérer salvateur en fin de parcours, même s’il faut avouer que deux points de plus auraient été les bienvenus, alors que le TP Mazembé, locataire du groupe d’El Jadida, s’est imposé (4-1) face à l’ES Sétif et que le Horoya a pris la tête en disposant de l’AS Togo Port (1-2) dans la poule du Wydad de Casablanca. 

Chaabi Chady
Lundi 7 Mai 2018

Lu 616 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés