Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des experts sensibilisent au concept de “ gouvernement ouvert” comme levier du développement durable

1er Forum des régions à Saïdia


Libé
Vendredi 9 Septembre 2022

Des experts sensibilisent au concept de “ gouvernement ouvert” comme levier du développement durable
Des experts internationaux et des responsables locaux ont mis l'accent, jeudi à Saïdia, sur le concept de gouvernement ouvert comme levier fondamental d'un développement durable.

Intervenant lors d’un panel intitulé "Gouvernements régionaux et gouvernement ouvert", tenu à l’occasion des travaux du 1er Forum des régions d’Afrique (FORAF), l’administrateur principal du programme Open Government Partnership (OGP) local, José Maria Marin, a expliqué que le gouvernement local et le développement durable sont "intimement liés".

"Les Objectifs de développement durable (ODD) sont universels et s’appliquent à tous les niveaux de gouvernement, et à chaque gouvernement dans le monde", a fait observer l’expert argentin, notant que "sans une action locale, les ODD ne pourront être réalisés."

"Les ODD ne peuvent être mis en œuvre sans une action des gouvernements sous-nationaux, une action inclusive avec la participation des citoyens, du secteur privé et des gouvernements, et sans l’édification d’institutions publiques solides et innovantes", a-t-il précisé.

Abondant dans ce sens, le coordinateur OGP pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Tarik Nash Nesh, a souligné que "le gouvernement ouvert est une culture de la gouvernance basée sur l’innovation, la transparence et la participation citoyenne qui place le citoyen au cœur de la politique publique et en fait un partenaire dans la mise en œuvre des partenariats publics".

Dans le cadre de cette philosophie du gouvernement ouvert, les membres issus de gouvernements locaux mettent en place des plans d’action participatifs en partenariat avec la société civile dans le cadre de la "transparence et de la participation citoyenne", a-t-il expliqué, notant que ces plans d’actions contiennent des engagements internationaux.

A cet égard, M. Nash Nesh a fait savoir que l’OGP couvre plus de 77 pays et 100 gouvernements locaux de par le monde, précisant qu’en Afrique, 14 pays ont adhéré à ce partenariat ainsi que 22 gouvernements locaux.

"Ce qui est important dans la rencontre d’aujourd’hui au FORAF est de sensibiliser au concept de gouvernement ouvert comme base pour établir un modèle de développement durable qui place le citoyen au cœur de son action", a-t-il soutenu.

De son côté, la vice-présidente de la région de Béni Mellal-Khénifra, Baida Mkour, a mis en avant le modèle de la région qui a intégré en mai 2022 l’initiative internationale des gouvernements locaux ouverts, devenant la deuxième région marocaine à intégrer cette structure après la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima en 2020.

 "La région de Béni Mellal-Khénifra a adopté une approche ouverte en matière de communication interne et externe, et a créé des mécanismes d’ouverture et de partage de tous ses programmes avec l’ensemble des citoyens à travers la création d’un portail permettant d’ouvrir les consultations à l’ensemble des citoyens et citoyennes, aux organisations de la société civile et aux instances consultatives", a fait savoir Mme Mkour.

"Aujourd’hui, la région de Béni Mellal-Khénifra est leader au niveau national, et est sollicitée pour accompagner les autres régions marocaines et africaines pour comprendre le concept de gouvernements ouverts et y adhérer, ce qui est à même de conforter le leadership du Royaume sur les plans continental et arabe", s’est-elle réjouie.
L’initiative internationale des gouvernements locaux ouverts a été lancée en 2011 par l’Assemblée générale des Nations unies.

Organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, du 8 au 10 septembre, autour du thème "La contribution des collectivités régionales au développement durable et à la dynamique d'intégration de l’Afrique", le FORAF a pour vocation de contribuer à l'émergence d'une Afrique structurellement réformée, socialement solidaire, économiquement forte, culturellement rayonnante, environnementalement saine, et mondialement respectée.

Le FORAF se veut également une plateforme permanente au sein de l’organisation CGLU Afrique pour la défense de la contribution des gouvernements régionaux au développement et à l'intégration de l'Afrique, et au renforcement de leur capacité à remplir effectivement leurs mandats avec compétence au service des populations.
 
 
 


Lu 330 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p