Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dernier crime en date Assassinat d’un jeune garçon

Les trafiquants terrorisent les séquestrés des camps de Tindouf avec la bénédiction des militaires algériens


Ahmadou El-Katab
Jeudi 9 Mai 2024

Les crimes, de façon générale, sont tous abominables. Mais quand la victime est un enfant dont la seule faute  est d’avoir été asservi par les bandes organisées qui terrorisent les séquestrés des camps de Tindouf sur lesquels elles règnent en maîtres absolus, tolérées pour ne pas dire bénies par les autorités algériennes sur les territoires desquelles ces crimes se déroulent sans aucune intervention ou tentative de faire cesser les activités de ces bandes qui travaillent pour le compte des dirigeants du polisario, cela devient intolérable.

A cet égard, le 8 mai, les séquestrés des camps de la honte se sont réveillés sur les cris d’une maman endeuillée par le crime abominable dont a été victime son fils connu pour être serviable et inoffensif.  Le jeune garçon qui appartient à la tribu Rguibat Labouihat  était, comme la plupart des enfants des camps, obligé  d’exécuter les besognes  que lui ordonnaient  les bandes armées  et de servir de dealer  pour leur ignoble trafic. Ces enfants, filles et garçons, y sont obligés par les membres des différentes bandes armées qui font la pluie et le beau temps sur tout le territoire algérien peuplé par les Sahraouis séquestrés par le polisario sur instruction algérienne.

Cet enfant, nommé «H.M.B.», a disparu dans  la nuit de dimanche à lundi.  N’étant pas rentré à la maison, sa famille a passé  toute la nuit à sa recherche, en vain. Ce n’est que le lendemain aux alentours de midi que sa dépouille a été découverte dans une benne à ordures parmi des carcasses d’animaux dont des chiens, des chèvres et des ânes. L’enfant avait été égorgé et jeté dans cette benne, et ce dans l’indifférence totale des pantins séparatistes.

Les militaires algériens et leurs suppléants du polisario n’ignorent pas que les camps où sont séquestrés les Sahraouis sont sous la coupe de bandes armées  ayant chacune son propre territoire où des enfants en bas âge sont obligés de servir de coursiers pour livrer la drogue et en cas de refus, ils sont systématiquement éliminés et de la plus cruelle des manières, comme ce fut le cas de H.M.B.

Pour fidéliser ces enfants, les membres des bandes  criminelles les contraignent à s’adonner à la drogue pour en faire des toxicomanes.

Ainsi, les crimes dans les camps de Tindouf se sont multipliés atteignant  un point de non retour. Après avoir violé les femmes,  volé les biens des séquestrés, braqué leurs tentes et recruté des jeunes dans le trafic  de drogue, c’est au tour des  enfants, filles et garçons, de  devenir les  victimes des gangs  du polisario.

Ahmadou El-Katab


Lu 639 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    





Flux RSS
p