Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dépréciation du résultat net de Cartier Saada

Le spécialiste de la conserve de fruits et légumes pénalisé par l’augmentation significative des cours des matières premières




Le spécialiste dans la conserve de fruits et légumes, Cartier Saada, a réalisé au titre de l’exercice 2016/2017 un résultat net en repli de 47,2% à 6,76 millions de dirhams (MDH), selon les indicateurs financiers annuels de la société.
Ce résultat, en retrait par rapport au dernier exercice (historique suite à une campagne d’abricots record), a été pénalisé par l’augmentation significative des cours des matières premières notamment l’abricot (+100%) avec impossibilité de récupérer sur le marché à l’export dans un contexte concurrentiel tourné vers le prix, souligne la société dans une communication financière.
En effet, les campagnes agricoles de l’année 2016 ont été particulièrement faibles, à cause des conditions climatiques défavorables notamment en période de floraison, précise la même source, notant que les tonnages traités sont en baisse significative de 36% pour les abricots et de 17% pour les olives.
En revanche, le chiffre d’affaires affiche un bond de 10% à 147,2 MDH. Cette progression portée, par l’évolution des ventes à l’export (+10%), reflète les efforts de diversification à travers l’introduction de nouveaux produits et la pénétration de nouveaux marchés, explique Cartier Saada dans son communiqué, publié sur le site web de la Bourse de Casablanca.
Intégrant la hausse des coûts des achats ainsi qu'une variation de stocks de -7,4 MDH en 2016 (vs. 10,2 MDH en 2015), la valeur ajoutée recule, pour sa part, de 19% à 32,4 MDH, tandis que le résultat d'exploitation se dégrade de 46,7% à 8,9 MDH, relèvent les analystes de BMCE Capital Bourse.
De facto, la marge opérationnelle perd 6,5 points à 6,1%, ont-ils fait remarquer, notant que le résultat financier de Cartier Saada creuse son déficit à -1,9 MDH en 2016, contre -1,6 MDH une année auparavant.
Le résultat non courant, lui, réalise un bond de 2,8x à 1,3 MDH, suite essentiellement à la non-récurrence des charges non courantes constatées en 2015/2016 pour un montant de 1,2 MDH.
Sur le plan bilanciel, les analystes financiers soulignent une ascension de 2,3x du fonds de roulement (FR) de Cartier Saada à 125,8 MDH, une trésorerie nette qui alourdit son déficit à -51,7 MDH en 2016, contre -42,6 MDH en 2015 et un accroissement de 21,4% de l'endettement net à 70,6 MDH, pour un gearing de 66% (vs. 56,8% une année auparavant).
Au volet des perspectives, la société a signé en avril 2017 un protocole d'accord visant à fournir d'ici 2018 jusqu'à 80% des besoins en électricité (en heures pleines) du site de production à partir d'un système de toiture solaire photovoltaïque.
Cette démarche d'efficacité énergétique devrait permettre à Cartier Saada de réduire ses coûts énergétiques tout en améliorant la compétitivité de son unité de production.
Par ailleurs, le Conseil d'administration de la société proposera à la prochaine assemblée générale la distribution d'un dividende de 1 dirham par action (idem qu'en 2015), soit un dividend yield de 4,4% sur la base du cours de 22,57 dirhams observé le 1er du mois courant.

Jeudi 8 Juin 2017

Lu 918 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >