Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Delta n’aura pas fini de nous inquiéter

Un vilain variant qui brouille les cartes


Delta n’aura pas fini de nous inquiéter
Les efforts déployés par le Maroc en matière de vaccination contre la Covid-19 risquent-ils d’être compromis par le variant Delta du SARS-CoV-2 ? C’est ce que laissent penser de récents documents officiels américains relayés par le journal Le Monde.

Basés sur des études scientifiques, ces documents ont indiqué que «ledit variant est aussi contagieux que la varicelle» et qu’il «a probablement des effets plus graves que ses prédécesseurs» tout en précisant que «les personnes contaminées semblent autant le transmettre, qu’elles soient vaccinées ou non».

Une analyse menée à Provincetown, dans l’Etat du Massachusetts, où près de 900 cas de Covid-19 ont été dépistés après les festivités de la fête nationale du 4 juillet, a révélé qu’il n’y avait «pas de différence» entre la charge virale dans le nez et la gorge des personnes vaccinées et celles non-vaccinées. A noter, cependant, que les trois quarts des participants à cet évènement étaient vaccinés. En revanche, il y a eu peu d’hospitalisations à la suite de l’apparition de ce foyer et aucun décès n’a été annoncé.

En outre, lesdits documents ont montré que les contaminations de personnes vaccinées ne sont pas aussi rares qu’on le pensait puisque 35.000 infections symptomatiques ont été enregistrées par semaine sur les 162 millions d’Américains vaccinés.

Dans notre pays, les données sur le variant Delta manquent. Seuls quelques chiffres circulent. Cependant, les spécialistes sont unanimes à considérer que l’incidence élevée du taux de contamination enregistrée dernièrement est due à l’entrée et à la propagation rapide du variant Delta au Maroc qui représente 60% des cas. Certains d’entre eux n’hésitent pas à évoquer «une vague Delta» due au non-respect par les citoyens des mesures de restriction  sanitaires.  Selon le professeur Tayb Hamdi, le Maroc enregistre aujourd’hui 4.000 cas positifs au quotidien contre 300 ou 400 auparavant. Il a également indiqué que le taux de propagation du virus dans certaines villes (Casablanca, Fès, Marrakech) est passé de 0,7% à 1,45% et que le taux d’occupation des services de réanimation a augmenté de 7% à 16%.

Qu’en est-il donc de l’efficacité des vaccins ? Pour répondre à cette question, les scientifiques jouent la prudence et exigent encore du temps pour évaluer la situation et en tirer des conclusions. Une étude israélienne publiée le 5 mai dernier a démontré que le vaccin de Pfizer et BioNTech protégeait à plus de 95% contre l’infection (symptomatique et asymptomatique). A souligner, cependant, que des chiffres émanant du ministère de la Santé israélien ont indiqué que le vaccin de Pfizer et BioNTech ne protégerait plus qu’à 39% contre l’infection, tout en restant très efficace pour prévenir les hospitalisations. De son côté, une étude britannique publiée le même mois a confirmé que cette efficacité diminuait un peu face au variant Delta, mais restait élevée à 88%, contre l’infection symptomatique.
En France, une note de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a révélé qu’un adulte peut avoir reçu deux doses de vaccin et tomber quand même malade. La même source a expliqué que 6% des nouveaux cas enregistrés du 28 juin au 4 juillet derniers en France concernaient par exemple des personnes complètement vaccinées et que  ces «porteurs vaccinés» du virus peuvent contaminer d’autres personnes.

Toutefois, les études suggèrent que le  potentiel de contamination demeure moindre chez ces porteurs vaccinés que chez les non vaccinés puisqu’ils auraient une charge virale plus faible. Une étude menée en Israël sur quelque 5.000 patients, tous âges confondus, a ainsi montré que la contagiosité était corrélée à la quantité de virus présente dans le nez. En effet, cette quantité est beaucoup moins importante chez les patients ayant reçu une dose de Pfizer depuis au moins douze jours que chez les non-vaccinés (3 à 4,5 fois moins). Un groupe de chercheurs de l’Institut Necker  estime que «le portage nasopharyngé diminue fortement à mesure que la réponse immunitaire induite par le vaccin se développe.  Mais à l’heure actuelle, personne ne connaît la quantité de virus minimale nécessaire à la transmission de la maladie».

Bon à savoir

«Delta est un avertissement, qui nous dit que le virus évolue mais c’est aussi un appel à agir, à faire quelque chose avant que des formes plus dangereuses de variants ne fassent leur apparition», a souligné le docteur Mike Ryan, chargé des situations d’urgence à l’Organisation mondiale de la santé, au cours d’un point de presse régulier à Genève. Mais il a aussi tenu à relativiser les conséquences de cette mutation d’un virus qui a déjà fait plus de quatre millions de morts depuis la fin 2019. Les mêmes mesures que nous avons appliquées auparavant vont arrêter ce virus. Elles stoppent le variant Delta surtout si vous ajoutez la vaccination.
«Il nous faut travailler dur parce que le virus est devenu plus efficace et plus rapide», a-t-il mis en garde, tout en insistant sur le fait que les gestes barrières restent efficaces. 
«En moyenne, une personne avec ce virus va infecter plus de gens si elle est porteuse du variant, à moins que nous ne l’empêchions en continuant à appliquer les mesures qui réduisent la transmission, comme la distanciation physique, le port du masque, l’hygiène des mains, nous assurer que nous ne passons pas trop de temps avec trop de gens dans des endroits mal aérés et toutes ces mesures que nous avons évoquées à tant de reprises», a-t-il expliqué, alors que l’augmentation vertigineuse du nombre des infections - avec des symptômes souvent bénins chez les gens vaccinés - donne un sentiment d’impuissance.
«En moyenne dans cinq des six régions de l’OMS, les infections par la Covid-19 ont augmenté de 80%, soit quasiment doublé, en l’espace de ces quatre dernières semaines. En Afrique, les morts ont augmenté de 80% sur la même période», a souligné le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans son traditionnel propos liminaire.
«Il n’y a pas de poudre magique, pas de solution magique, la seule poudre magique que nous ayons, ce sont les vaccins et le problème, c’est que nous ne les saupoudrons pas de la même façon dans le monde», a-t-il mis en garde, avant de conclure : «Nous travaillons contre nous-mêmes».

Pfizer-BioNTech emboîte le pas à Sinopharm

Le Maroc aurait récemment reçu un million de doses du vaccin chinois Sinopharm, en attendant un autre arrivage, de la même quantité, en ce début de semaine. De quoi poursuivre une campagne de vaccination au rythme régulier. A l’heure où l’on écrit ces lignes, 13.672.764 premières doses ont été injectées, pendant que 10.129.424 citoyennes et citoyens ont été immunisés en deux doses. Et ce n’est pas prêt de s'arrêter. D'après certains médias nationaux, le Maroc va également recevoir deux millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech avec le concours d'Israël. Cette cargaison du vaccin américano-allemand est attendue courant août, en provenance des Etats-Unis. Un autre antidote devrait ainsi s’ajouter à la panoplie dont dispose le pays. A savoir, les vaccins Sinopharm, AstraZeneca et Johnson & Johnson. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, Le vaccin Pfizer-BioNTech présente “une efficacité de 95 % contre l’infection symptomatique par le SARS-CoV-2”.

Hassan Bentaleb
Lundi 2 Août 2021

Lu 1092 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS