Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Déficit budgétaire de 37,6 MMDH à fin 2017


Les dépenses émises au titre du budget général ont affiché une hausse de 6,3% à 318,5 MMDH



La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 37,6 milliards de dirhams (MMDH) à fin 2017, contre 42,3 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), relevant du ministère de l'Economie et des Finances.
Dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de décembre 2017, la TGR indique que les recettes ordinaires ont augmenté de 5,6% à 222,7 MMDH à fin 2017, tandis que les dépenses émises au titre du budget général ont affiché une hausse de 6,3% à 318,5 MMDH, rapporte la MAP.
L'accroissement des recettes ordinaires est en effet, attribuable à la hausse des impôts directs de 8,1%, des impôts indirects de 6,7% et des recettes non fiscales de 1,5%, conjuguée à la diminution des droits de douane de 5,1%, des droits d'enregistrement et du timbre de 1%, précise le bulletin.
Quant aux dépenses émises au titre du budget général, leur augmentation s'explique par la progression de 1,9% des dépenses de fonctionnement, de 16,9% des charges de la dette budgétisée et de 8,6% des dépenses d'investissement, relève la TGR.
La hausse des charges de la dette budgétisée, poursuit la même source, s'explique pour l'essentiel par l’augmentation de 30,2% des remboursements du principal (44,6 MMDH contre 34,3 MMDH) et par la baisse de 0,1% des intérêts de la dette (26,72 MMDH contre 26,74 MMDH). A fin décembre 2017, les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 435 MMDH, représentant un taux global d’engagement de 83% contre 81% à fin décembre 2016, fait savoir la TGR, notant que le taux d’émission sur engagements a été de 92%, soit le même niveau qu'un an auparavant.
Pour ce qui est des recettes des comptes spéciaux du Trésor (CST), elles ont atteint 91,5 MMDH, soit 117,6% des prévisions de la loi de Finances, indique la même source, ajoutant que ces recettes tiennent compte des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 15,2 MMDH et de la rentrée de 9,5 MMDH au titre des dons des pays du Golfe.
S'agissant des dépenses des CST, elles ont été de 78,4 MMDH, soit 110,9% des prévisions de la loi de Finances et concernent les comptes d'affectation spéciale (CAS) pour 64,9 MMDH, souligne la TGR, précisant que le solde de l'ensemble des CST s'est élevé à 13,2 MMDH. Les recettes des services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA) se sont chiffrées à 3,3 MMDH contre 4,1 MMDH à fin décembre 2016, en baisse de 18%, fait remarquer le bulletin, notant qu'à fin 2017, les dépenses émises ont été de 2,9 MMDH contre 3,6 MMDH, une année auparavant, en recul de 19,3%.

Libé
Lundi 5 Février 2018

Lu 838 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 La CGEM révèle ses propositions pour le PLF-2021