De la justice climatique à la responsabilité climatique


Libé
Lundi 19 Décembre 2022

De la justice climatique à la responsabilité climatique
Beaucoup ont qualifié la conférence sur le climat COP27 du mois dernier d'échec, en raison du manque de progrès sur les promesses faites lors du sommet COP26 l'année dernière et de l'absence d'engagements clairs pour éliminer progressivement les combustibles fossiles.

Plus largement, le processus de la COP lui-même a été critiqué comme étant inadéquat et finalement irréalisable, étant donné qu'il repose sur l'unanimité entre toutes les parties.
Mais la COP27 a produit une percée notable: les économies avancées du monde, y compris les Etats-Unis et l'Union européenne, ont finalement accepté une part de responsabilité dans les «pertes et dommages» causés par le changement climatique.

Dans le langage bureaucratique du communiqué final, ils ont convenu "d'établir de nouveaux accords de financement pour aider les pays en développement qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique à répondre aux pertes et aux dommages". Un comité spécial composé de 24 pays a été créé pour déterminer comment le nouveau fonds sera financé, géré et distribué. Leurs conclusions sont attendues lors du sommet COP28 aux Émirats arabes unis à la fin de l'année prochaine.

Pourtant, étant donné que les républicains auront bientôt le contrôle de la Chambre des représentants, il est difficile de croire que les Etats-Unis mettront beaucoup d'argent sur la table. Il existe également une incertitude quant à savoir si la Chine sera un contributeur majeur. Bien qu'il soit aujourd'hui l'une des principales sources d'émissions, les Nations Unies le considèrent toujours comme un pays « en développement ». Enfin, alors que l'UE a accepté, en principe, que les pays les plus responsables du changement climatique contribuent à en supporter les coûts, elle se dirige vers une récession, ce qui limitera très probablement la contribution des Européens.

L'implication de la Chine est particulièrement importante. Non seulement elle génère près d' un tiers des émissions mondiales, mais l'UE a fait des contributions chinoises une condition de sa propre participation. Ainsi, l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown  prévient que nous pourrions nous retrouver avec un «fonds sans bailleurs de fonds».

Mais aussi réel que soit ce danger, il ne devrait pas diminuer l'importance de ce que les gouvernements ont convenu lors de la COP27. L'acceptation par le monde développé de sa responsabilité pour l'impact du changement climatique établit des motifs de réparation et indique un degré de responsabilité qui sera désormais testé devant les tribunaux du monde entier. La «justice climatique» passera d'un slogan puissant à une question juridique vivante.

Si le changement climatique est le résultat d'émissions - passées et présentes - et s'il est à l'origine de l'augmentation de l'incidence et de la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes, cela signifie que les inondations de cette année au Pakistan et la désertification rampante en Afrique du Nord peuvent être attribuées à ceux qui ont causé les émissions.

Mais qui, exactement, est responsable? Les gouvernements des pays développés ont accepté qu'ils sont en partie responsables. Mais la responsabilité  pourrait également être attribuée aux entreprises qui ont produit, vendu et profité des ventes des produits qui ont généré les émissions. Les compagnies d'énergie peuvent essayer de faire valoir que jusqu'aux années 1980 et 1990, il n'y avait pas de consensus scientifique sur les effets climatiques néfastes de la combustion des hydrocarbures. Mais à partir des années 1990, cette défense ne tient plus.

L'ère de la responsabilité potentielle a donc commencé il y a environ 30 ans, lorsque le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et d'autres ont commencé à créer un ensemble de recherches scientifiques crédibles. Et maintenant, l'ère de la responsabilité climatique réelle est arrivée. Pour les entreprises impliquées – en particulier celles soumises aux lois et aux décisions politiques des économies avancées – cette responsabilité est une menace existentielle. Elle est analogue au Master Settlement Agreement qui a résolu le conflit entre l'industrie du tabac et 46 procureurs généraux des États-Unis sur la responsabilité des frais médicaux associés au tabagisme.

Mais alors que ce règlement obligeait les entreprises à payer un total de 206 milliards de dollars sur 25 ans, le changement climatique et ses coûts associés sont beaucoup plus importants. Les risques sont mondiaux, et ils ne cessent de croître, car les émissions continuent d'augmenter. En fait, le pire est encore à venir et les coûts potentiels sont presque incalculables.

Il y aura une bataille juridique féroce, c'est certain. Mais simplement en acceptant la responsabilité des coûts mondiaux du changement climatique, en principe, les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ont laissé sortir le génie de la bouteille. Les entreprises de combustibles fossiles et leurs investisseurs ne pourront pas prétendre qu'ils n'ont pas été prévenus.

Certes, la COP27 a laissé de nombreux participants et observateurs déçus. Les climatologues, les militants et d'autres sont naturellement consternés que l'urgence du changement climatique soit ignorée et que des problèmes plus immédiats tels que la crise du coût de la vie et la guerre de la Russie en Ukraine évincent l'attention des décideurs politiques et du public. Mais la réalité est que la COP27 restera probablement dans les mémoires comme un moment décisif. Maintenant que le monde développé a finalement accepté une part de responsabilité financière pour les pertes et les dommages causés par le changement climatique, le débat climatique plus large tournera désormais autour de la question de la responsabilité. Et cela, à son tour, pourrait changer fondamentalement les incitations des principaux protagonistes.

Par Nick Butler
Professeur invité au King's College de Londres, président fondateur du King's Policy Institute et président de Promus Associates.


Lu 1536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades