Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De l'ombre à la lumière, la photographe Vivian Maier célébrée à Paris


De l'ombre à la lumière, la photographe Vivian Maier célébrée à Paris
"Elle est un peu Robert Doisneau et Diane Arbus mais elle est surtout beaucoup ellemême": une rétrospective "inédite" célèbre à Paris l'oeuvre de l'Américaine Vivian Maier, ancienne nounou et photographe des "laissés-pour-compte du rêve américain", découverte après sa mort. Des clichés jamais vus parmi les 278 photos exposées, neuf films et des objets lui ayant appartenu, l'exposition qui s'ouvre mercredi au musée du Luxembourg est un événement "inédit", relève sa commissaire, Anne Morin, même si elle intervient après plusieurs autres consacrées à l'artiste depuis sa découverte en 2011. Née à New York en 1926, Vivian Maier --de mère française-- a passé sa vie dans l'ombre, avant d'être révélée au public en 2011, deux ans après sa mort et grâce à la découverte fortuite de son corpus photographique (photos, films et négatifs) dans un garde-meubles à Chicago.L'histoire de Vivian Maier est exceptionnelle. Car celle qui est aujourd'hui célébrée dans les plus grandes galeries et musées du monde fut une nounou anonyme, pendant quarante ans, pour de riches familles américaines. Décédée en 2009 à l'âge de 83 ans, elle n'a jamais été exposée de son vivant. C'est un agent immobilier, John Maloof, qui acquiert une partie des archives et tente de reconstituer le fil de sa vie. En 2011, il monte une exposition à Chicago, saluée par la critique et le public, puis co-réalise un documentaire à succès, "Finding Vivian Maier" ("A la recherche de Vivian Maier"). "Nous sommes face à une artiste hors norme", déclare Anne Morin, qui avait consacré une première exposition à la photographe, en 2014 à Tours (Indre-et-Loire). Hors norme car le mystère qui entoure sa vie a fait d'elle un sujet de fascination. Et parce qu'elle laisse derrière elle plus de 120.000 images, soit un tiers de celles du Français Robert Doisneau qui était photographe professionnel, rappelle la commissaire. Comprendre son travail, pénétrer son corpus intellectuel pétri de références à la culture française -- du cinéaste Robert Bresson au philosophe Gilles Deleuze--, tels sont les objectifs de l'exposition. Plus qu'une "réhabilitation", l'événement entend "habiliter une artiste" longtemps méconnue. L'exposition s'ouvre par ses autoportraits. Côté sombre, des ombres allongées sur un mur; côté lumière, le reflet d'une silhouette sur une vitrine ou dans un miroir. 

Libé
Mercredi 15 Septembre 2021

Lu 389 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS