Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De l’ amateurisme au temps du professionnalisme: Les misères du Kawkab n’en finissent pas


Le match entre la RCAZ et le KACM pour le compte de la première journée du championnat national de football Botola Pro D2 Inwi, reporté à lundi, a été remporté par les locaux par trois buts à un. Les causes du report relèvent de l’ignorance des dirigeants du Kawkab des règlements qui régissent la pratique footballistique à travers le monde. Pour ce match de la première journée, le club phare de la cité ocre s’est présenté à Casablanca avec un effectif qui ne compte que sept joueurs autorisés à disputer le championnat, alors que tous les autres n’étaient pas encore qualifiés. Une situation ridicule qui met mal à l’aise le comité marrakchi qui savait que son interdiction de recruter venait de la FIFA et non de la FRMF qui a autorisé les clubs à se présenter parle biais des CIN ou des passeports pour les deux premières journées. Le fait est qu’aujourd’hui le KACM ne dispose que de sept joueurs pour évoluer au moins jusqu’au mercato hivernal, et pour faire face à cette situation, le staff technique a fait appel à huit joueurs de l’équipe espoir pour combler le vide et avoir quinze éléments à inscrire sur la feuille de match comme c’était le cas face à la RCAZ. Tout le monde sait que le maintien du KACM enD2 la saison passée ne s’est réalisé que lors de la dernière journée et que les malheurs du club ne font qu’empirer. A qui la faute ? Les comités qui prennent en charge les destinées du Kawkab se rejettent la responsabilité et le club est en train de payer les erreurs de certaines personnes qui auraient tout calculé sauf l’intérêt général du club. Entre un passé glorieux et un avenir incertain, le Kawkab de Marrakech traverse une situation difficile dont on ne connaît pas l’issue. Le comité actuel voudrait apparemment sauver ce qui peut encore l’être, mais sa non maîtrise des règles du jeu lui fait défaut. Jusqu’où iront les déboires du club ? Personne ne le sait, mais le plus important aujourd’hui, c’est de fédérer les efforts de tous les acteurs de la ville pour espérer qu’un jour le KACM puisse retrouver sa place d’antan. 

Khalil Benmouya
Mercredi 15 Septembre 2021

Lu 713 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS