Covid en tant qu'expérience naturelle pour la politique climatique


Libé
Vendredi 16 Juin 2023

Covid en tant qu'expérience naturelle pour la politique climatique
L'expérience réelle de la pandémie de Covid-19 a montré que les pays industrialisés ne peuvent contribuer à réduire les émissions atmosphériques de carbone que dans la mesure où ils peuvent conserver les combustibles fossiles dans le sol. Se concentrer uniquement sur la réduction de leur propre demande ne résoudra même pas le problème.
 
Le monde est divisé sur la manière – et l'agressivité – de réagir au changement climatique. Alors que seule une petite minorité de pays se sont engagés à mettre en œuvre des interdictions rigoureuses des combustibles fossiles et à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, la plupart des autres font peu ou rien. La grande question est donc de savoir si des mesures unilatérales mises en œuvre par la minorité peuvent contribuer à atténuer le changement climatique ou s'il faut un club climatique mondial avec des contraintes réellement contraignantes.

La crise du COVID-19 indique la réponse probable. Il s'avère que la pandémie a servi d'expérience dans le monde réel pour évaluer les mécanismes des politiques climatiques multilatérales et unilatérales.

En théorie, l'accord de Paris sur le climat de 2015 a adopté une approche multilatérale. Mais seuls 60 des 195 pays signataires, représentant 35 % des émissions mondiales de CO 2 , se sont engagés sur des contraintes quantitatives d'émissions. La Chine et l'Inde, les pays les plus peuplés du monde, n'ont pas accepté de contraintes mesurables, et tandis que les États-Unis se sont engagés à des contraintes, le Sénat américain n'a pas encore ratifié l'accord.

L'opinion courante dans les pays qui se sont engagés à appliquer des contraintes quantitatives est qu'ils peuvent réduire les émissions mondiales de CO 2 en réduisant la demande de combustibles fossiles s'ils passent à l'énergie verte ou à l'énergie nucléaire. L'effet sur la réduction des émissions mondiales sera faible, car leur consommation est faible. Mais une petite contribution vaut mieux que rien, selon l'argument, semblable à un don de bienfaisance.

Un examen plus approfondi révèle un grave problème avec ce point de vue : il néglige le rôle des marchés pour les combustibles faisant l'objet d'échanges internationaux tels que le pétrole, le gaz et la houille. Prenons le marché du pétrole. Lorsque la demande de pétrole dans les pays industrialisés verts décline, le prix mondial diminue également, permettant aux consommateurs d'autres pays d'acheter et de brûler plus qu'ils ne l'auraient fait autrement.

La réduction de la demande de pétrole des pays verts peut ainsi être au moins en partie compensée par les achats des autres. Ce problème est particulièrement pertinent pour l'Union européenne, qui a récemment décidé de supprimer progressivement l'utilisation des combustibles fossiles dans les voitures particulières d'ici 2035, et pour l'Allemagne, qui prépare une législation pour interdire la mise en place du chauffage au mazout dans les logements privés dès 2024.

La question de savoir si les restrictions unilatérales de la demande de pétrole freineront l'utilisation mondiale des combustibles fossiles et ralentiront le rythme du changement climatique dépendra en fin de compte de la réaction des fournisseurs mondiaux. Ce n'est que s'ils extraient moins qu'ils consommeront moins, car chaque morceau de combustible fossile extrait sera brûlé quelque part. Ce qui n'a pas été extrait ne peut pas être utilisé. C'est la vérité fondamentale de la politique climatique. Abstraction faite de la séquestration et du reboisement, qui ont des effets négligeables, le pouvoir d'atténuer le réchauffement climatique appartient entièrement aux propriétaires des ressources en combustibles fossiles, y compris les gouvernements qui contrôlent le territoire où elles se trouvent.

On ne sait cependant pas comment les fournisseurs de ressources comme l'OPEP réagiront aux mesures unilatérales de réduction de la demande des pays verts. Les fournisseurs pourraient vendre moins parce que les sites de stockage marginaux deviennent non rentables. Ils pourraient vendre le même montant qu'auparavant parce que les redevances ou les coûts d'utilisation des sites marginaux chuteraient avec le prix du marché du carburant. Ou ils peuvent même vendre plus parce qu'ils veulent anticiper de nouvelles réductions de la demande (le soi-disant paradoxe vert ), ou simplement parce qu'ils vivent au jour le jour et doivent compenser les baisses de prix en vendant plus.

Dans les deux derniers cas, la restriction de la demande de combustibles fossiles dans certains pays pourrait avoir pour conséquence involontaire d'accélérer l'extraction et le changement climatique. Les pays non-adhérents pourraient consommer ce que les pays verts ne consomment pas, ainsi que toutes les quantités supplémentaires extraites par les pays sources. Malheureusement, la recherche économique n'offre aucune indication claire quant au scénario le plus probable, nous devons donc nous fier à une analyse empirique.

Ici, les résultats sont étonnamment clairs, du moins en ce qui concerne le pétrole brut. De la fin de la deuxième crise pétrolière en 1982 au début de la crise du COVID en 2020, l'extraction mondiale de pétrole a suivi une tendance linéaire légèrement à la hausse avec des fluctuations minimes des volumes extraits. Les prix, en revanche, ont été extrêmement volatils, allant d'environ 10 $ à 130 $ le baril. Chaque fois qu'un ralentissement économique quelque part dans le monde réduisait la demande, les consommateurs ailleurs réagissaient à la chute des prix en augmentant leurs achats en conséquence.

De même, lorsqu'un boom économique quelque part a stimulé la demande, les consommateurs ailleurs ont suffisamment réduit leurs achats pour compenser la hausse des prix. Quoi qu'il en soit, les fournisseurs de pétrole dans l'ensemble n'ont pas réagi à ces schémas. Au lieu de cela, ils ont poursuivi une stratégie d'approvisionnement rigide, ne se laissant pas distraire par les fluctuations de prix.

Cela n'a changé qu'avec l'arrivée de la pandémie. Au cours de la réaction mondiale initiale à la crise, les prix du pétrole ont chuté, les fermetures et les mesures de quarantaine faisant chuter la production industrielle. Pour éviter que les prix ne tombent en chute libre, l'OPEP a réduit sa production, ce qui a rapidement produit l'effet escompté : les prix ont rebondi immédiatement et ont même dépassé leurs niveaux initiaux. Puis, lorsque la sortie de crise est apparue, les prix et l'offre se sont progressivement normalisés, revenant finalement à leur tendance habituelle.

La leçon est simple : lorsque la demande de combustibles fossiles ne diminue que dans certaines parties du monde, les pays propriétaires de ressources n'en extraient pas moins, car d'autres parties du monde absorberont l'offre à des prix inférieurs. Les restrictions de la demande promises par certains des pays industrialisés du monde dans l'accord de Paris n'ont même pas le moindre effet sur le changement climatique. Ce n'est que si tous ou presque tous les pays consommateurs de pétrole s'unissent pour réduire la demande qu'ils pourront avoir un effet de levier sur l'OPEP et les autres propriétaires de ressources, les forçant à laisser plus de pétrole dans le sol, ralentissant ainsi le réchauffement climatique.

Ces découvertes empiriques sur l'expérience COVID naturelle, qui ont été publiées l'année dernière, bouleversent de nombreux principes de longue date de la politique climatique mondiale. Par exemple, en l'absence d'un club climatique mondial, l'interdiction prochaine de l'UE des voitures à moteur à combustion interne sera inutile d'un point de vue climatique, car le carburant qui n'est plus consommé sera brûlé ailleurs dans le monde. En fait, cela pourrait en fait augmenter les émissions mondiales de CO 2 en obligeant les conducteurs à acheter des voitures électriques qui s'appuieront sur l'énergie générée par la combustion de plus de lignite domestique, qui aurait autrement pu rester dans le sol.

De même, l'interdiction prévue par l'Allemagne du chauffage au mazout obligera les propriétaires à utiliser des pompes à chaleur électriques, induisant ainsi plus de combustion de lignite sans réduire la quantité de pétrole extraite et brûlée dans le monde.

Aussi frustrants que puissent être ces résultats, ils impliquent au moins que les pays consommateurs ne sont pas entièrement impuissants. Si suffisamment d'acheteurs se réunissent, ils peuvent forcer les propriétaires de ressources à laisser du pétrole dans le sol, atténuant ainsi le changement climatique.
Les difficultés d'une coordination efficace par le biais d'accords mondiaux ne doivent pas être négligées, bien sûr, compte tenu notamment de la montée des tensions géopolitiques.

Par exemple, il n'y a aucun espoir que la Chine, simplement par solidarité climatique, propose des restrictions mesurables de la demande de combustibles fossiles, tant que la crise de Taïwan ne sera pas résolue. L'intériorisation de la plus grande externalité négative de l'histoire de l'humanité sera impossible en l'absence d'un ordre mondial pacifique et stable.

Par Hans-Werner Sinn
Professeur émérite d'économie à l'Université de Munich.


Lu 1109 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Mai 2024 - 17:05 Droit des générations futures

Mardi 7 Mai 2024 - 15:30 La dérive des incontinents !

Lundi 6 Mai 2024 - 20:00 Faire de l’art une science de la vie






services