Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Consensus inter-libyen à Bouznika

Moussaoui Ajlaoui : La déclaration de Bouznika 2 met en évidence le rôle et l'efficacité de la diplomatie régionale du Maroc


Les délégations libyennes au deuxième round du dialogue inter-libyen à Bouznika ont conclu avant-hier des accords qui seraient un autre pas vers un règlement politique du conflit libyen. Selon le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, ces accords sont décisifs pour le choix des titulaires des postes de souveraineté, et ce conformément à l'article 15 de l’accord de Skhirat, tout en mettant en exergue l’esprit positif ayant marqué ce round, a rapporté la MAP. Un rapport contenant ces accords sera soumis aux présidents du Haut conseil d’Etat et de la Chambre des représentants pour approbation, a souligné M. Bourita qui s’exprimait lors d’un point de presse tenu au terme de ce 2ème round, relevant que le dialogue inter-libyen de Bouznika dispose de tous les éléments et facteurs favorisant sa réussite. Parmi cesfacteurs, le ministre a souligné le soutien clair de S.M leRoi Mohammed VI et du Royaume à tout ce qui contribue à la stabilité de la Libye et permet à ce pays de sortir de la crise qu’il connaît depuis des années, ajoutant que la Vision Royale a pour fondement le soutien «inconditionnel» des frères libyens et de toutes leurs initiatives visant à parvenir à des consensus et à résoudre la crise. Le Royaume demeurera, conformément aux Hautes Instructions Royales, une terre d’accueil pour tous les frères libyens sans aucune distinction, a encore dit Nasser Bourita, affirmant que le Maroc adopte une position constructive, basée sur une neutralité positive et destinée à aider les Libyens à dépasser toutes les difficultés. Le ministre a, par ailleurs, relevé qu’il s’agit d’un dialogue inter-libyen et non d’un dialogue surla Libye et que ce dernier est mené par les Libyens eux-mêmes sans aucune ingérence, ce qui permet aux parties de s’entendre et de débattre pour parvenir à un consensus. Il a aussi indiqué que le dialogue de Bouznika a prouvé l’efficience de cette approche qui accorde aux Libyens la possibilité de résoudre eux-mêmes leurs problèmes, de même que la Libye n’a pas besoin de tutelle ni d’ingérence. Ce dialogue table sur les institutions légitimes, à savoir le Haut conseil d’Etat et la Chambre des représentants, en tant que principaux fondements de toute solution en Libye, en partant de la légitimité et de l’esprit de responsabilité, a-t-il poursuivi, faisant remarquer que les deux délégations ont fait prévaloir l’intérêt supérieur et ont agi avec responsabilité en cherchant un consensus à tous les différends. Ce round a donné lieu à d’importants accords, a-t-il insisté, appelant à préserver cette dynamique en poursuivant le dialogue. Cette dynamique pourrait être bénéfique pour avancer dans d’autres processus que les Libyens vont choisir, a estimé le ministre, relevant que le Maroc est toujours disposé à les accueillir pour poursuivre le dialogue. Ce dialogue permettra d’avancer vers la résolution de plusieurs questions concernant le peuple libyen et la crise dans ce pays, a-t-il conclu. Les deux délégations avaient repris, vendredi soir, le deuxième round, qui intervient près d'un mois après un premier round ayant réuni les deux parties (06-10 septembre dernier) à Bouznika et qui a abouti à un accord global sur les critères et les mécanismes transparents et objectifs pour occuper les postes de souveraineté. Les deux parties avaient convenu, dans le communiqué final conjoint sanctionnant les travaux du premier round, de poursuivre ce dialogue et de reprendre leurs rencontres afin d'achever les mesures nécessaires qui garantissent l'application et l'activation de cet accord. Elles avaient de même souligné que ces réunions interviennent en application de l'article 15 de l’accord politique libyen conclu à Skhirat en décembre 2015 et en confirmation des conclusions de la conférence de Berlin soutenant la solution politique et sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, et s’expliquent parleur conscience des  répercussions dangereuses nées de la division politique et institutionnelle qui a fait que le citoyen a perdu confiance en le rôle des institutions législatives, exécutives et de contrôle, en raison des mauvaises conditions de vie à tous les niveaux. D’après la déclaration finale, "les aboutissements du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser, pour instaurer la stabilité dans le pays et mettre fin à la division institutionnelle". L'accueil parle Maroc de ces réunions constitue une consécration des efforts du Royaume visant à réunir les conditions adéquates et à créer un climat propice pour parvenir à une solution politique globale en Libye, afin de surmonter la crise dans ce pays et de réaliser les espoirs et les aspirations du peuple libyen pour édifier un Etat civil et démocratique qui jouit de la paix, de la sécurité et de la stabilité. «La déclaration d'hier est le résultat de plus de trois mois de négociations au Maroc entre les parties libyennes concernées», a souligné Moussaoui Ajlaoui, chercheur à AMES-Center. Et d’ajouter dans une déclaration à Libé que « ladite déclaration met en évidence le rôle et l'efficacité de la diplomatie régionale marocaine, notamment dans les dossiers libyen et malien». «Il faut souligner que quels que soient les résultats et les conclusions des réunions de Bouznika 1 et 2, ces négociations inscrivent le dossier libyen dans une perspective de paix et de consensus politique.Cela est, à mon avis, le plus important», notant que le dossier libyen a besoin d'accumulations de compromis politiques pour parvenir à une solution politique. Il a également mis en évidence que les négociations de Bouznika constituent un processus parallèle à ceux engagés à Hurghada en Egypte, à Genève et à Berlin. Selon le chercheur marocain, «ce sont ces processus qui font passer le dossier libyen du niveau d'hésitation et de conflit au niveau d'une solution politique permanente et définitive».

T. M
Mercredi 7 Octobre 2020

Lu 15656 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Octobre 2021 - 21:59 Un pas impératif vers l’immunité recherchée

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS