Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinquante ans après leur séparation, les Beatles plus populaires que jamais




Cinquante ans après leur séparation,  les Beatles plus populaires que jamais
Ils ont brisé des millions de coeurs en se séparant au début des années 1970: un demi-siècle plus tard, les Beatles n'ont rien perdu de leur popularité et dominent toujours la scène musicale pop.
10 avril 1970, jour fatidique de la rupture: Paul McCartney annonce indirectement que les "Fab Four" n'enregistreraient plus rien ensemble. "Les Beatles sont considérés comme la plus fabuleuse aventure du XXe siècle, mais personne n'aurait pu prévoir qu'un succès déjà aussi extraordinaire allait se prolonger au siècle suivant", dit à l'AFP Mark Lewisohn, historien du groupe. "50 ans après leur séparation, les Beatles restent indépassables artistiquement, et poussent les créateurs à repousser les limites", souligne l'auteur de "The Beatles: All These Years". Le 10 avril 1970 est à jamais marqué d'une pierre noire pour les fans du groupe: ce jour-là parut une interview de Paul dans laquelle il suggérait que les Beatles allaient cesser de travailler ensemble, juste avant la sortie de son premier album solo. Sans aller jusqu'à annoncer clairement la fin du groupe, Paul, interrogé sur la reprise de sa collaboration avec le non moins légendaire John Lennon dans un avenir prévisible, répondait sèchement "non". "McCartney rompt avec les Beatles", titrait alors le New York Times. La dissolution de leur lien d'affaires un peu plus tard devant un tribunal britannique scellait définitivement la fin du groupe. Le divorce laissa des fans inconsolables, se souvient Philip Norman, auteur de la biographie officielle de Paul McCartney parue en 2016. "Toute une génération avait grandi avec les Beatles... Ils avaient eu droit à un nouvel album des Beatles à chaque étape importante de leur vie", souligne-t-il. "Beaucoup de gens pensaient, c'est affreux! c'est moche de vivre sans eux. C'était vraiment un sentiment dominant".Des décennies plus tard, ils restent les artistes les plus vendus de tous les temps, avec un catalogue toujours aussi populaire, de "I Want to Hold Your Hand" et "Hey Jude" à "Yesterday" ou "Let It Be". "Ils sont partout", souligne Norman. "Dans le langage courant, dans les titres des médias... on les cite sans arrêt et on joue toujours leur musique (...) Le charme est indestructible".
A la fin des années, 60, le groupe de Liverpool - Lennon, McCartney, le batteur Ringo Starr et le guitariste George Harrison - connaissaient un tel succès qu'il était devenu "plus connu que Jésus Christ", selon les mots de Lennon. Une Beatlemania pesante: dans une interview récemment exhumée, Lennon expliquait que la chanson Help! (A l'aide!) composée en 1965 était à prendre au sens littéral. "Je chantais « A l'aide » et c'était vraiment pour en demander", disait-il. "Pas moyen de débrancher, c'était du 24 heures par jour et tout le monde voulait un morceau de vous". Les tensions au sein du groupe, en particulier entre Lennon et McCartney, finirent par le détruire. Au moment de l'annonce de McCartney, ils n'avaient pas donné de concert live depuis quatre ans. Starr et Harrison avaient déjà sorti un album solo, Lennon et sa femme, l'artiste japonaise Yoko Ono, avaient formé le Plastic Ono Band. McCartney lui créait Wings, avec sa femme Linda, à la fin 1971.

Bouillon de culture

Parution

‘’Les défis de la régionalisation et de la gouvernance au Maroc : Étude comparative" est l’intitulé d’un nouvel ouvrage collectif qui vient de paraitre, sous la direction du chercheur marocain Moha Ennaji. Publié aux éditions Bouregreg Eventus avec le concours du ministère de la culture, l'ouvrage comprend un ensemble de chapitres motivés par l'intérêt grandissant pour les études sur la régionalisation et la bonne gouvernance.
La nouvelle publication explore divers aspects de cette thématique dans une perspective sociologique et comparative. Elle discute aussi du rôle de la régionalisation et de la nécessité de former les élus locaux, territoriaux et parlementaires pour la bonne gouvernance et la bonne gestion des affaires locales et nationales.
Selon son auteur, l’ouvrage a pour objectifs de sensibiliser les cadres et les élus à l’importance de la formation qui sert à les doter des possibilités leur permettant le contrôle budgétaire et la compréhension du fonctionnement des institutions, afin de développer les mécanismes de lutte contre la corruption, en tant qu’entrave au développement. Il vise aussi à aider les lecteurs à enrichir leurs connaissances concernant la décentralisation, la régionalisation et la gestion des affaires publiques.

 

Samedi 11 Avril 2020

Lu 646 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif