Ce qu'il faudra pour transformer le financement du développement


Libé
Samedi 24 Juin 2023

Ce qu'il faudra pour transformer le financement du développement
Dans un monde en proie à la hausse des températures, à des conditions météorologiques extrêmes et à une multiplication des catastrophes naturelles, l'urgence d'une action décisive contre le changement climatique et la menace de futures pandémies n'a jamais été aussi évidente. Ces deux menaces nous affecteront tous.

Mais les pays situés entre les tropiques du Cancer et du Capricorne - y compris les Etats des Caraïbes et du Pacifique, ainsi que certaines régions d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie où vit 40% de la population mondiale - subissent actuellement des pertes et des dommages quatre fois plus importants qu'ailleurs.

Pour relever ces défis de taille, nous devons forger des partenariats solides fondés sur la confiance et le respect. La crise climatique mondiale ne peut être résolue que par une mobilisation mondiale.

L'initiative de Bridgetown, lancée à la Barbade l'été dernier et récemment mise à jour, nous invite tous à maximiser nos efforts pour prévenir et répondre aux événements climatiques et aux pandémies.

Nous devons investir maintenant pour éviter des coûts plus élevés plus tard. La fenêtre se referme et nous devons agir avant que des dommages irréversibles ne soient infligés à ceux qui peuvent le moins y résister.

Notre tâche est quadruple. Nous devons rendre le système financier mondial plus résistant aux chocs. Nous devons débloquer les flux de capitaux privés afin d'accélérer l'atténuation du changement climatique et la recherche médicale. Nous devons augmenter les prêts à long terme et à faible coût aux gouvernements, afin qu'ils puissent rendre leurs citoyens, leurs communautés et leurs pays plus résistants aux catastrophes et aux pandémies liées au climat.

Enfin, nous devons trouver de nouvelles ressources non liées à la dette pour financer la reconstruction après une catastrophe. L'initiative de Bridgetown propose des réformes urgentes de l'architecture financière mondiale pour atteindre ces objectifs. Elle appelle à tripler les prêts concessionnels et les subventions accordés aux pays les plus pauvres du monde.

Mais nous devons aussi maximiser la disponibilité et l'utilisation des ressources que nous pouvons exploiter le plus facilement : le capital des banques de développement. Les banques multilatérales de développement (BMD) ont un rôle unique à jouer dans la mission mondiale de prévention et de réponse au changement climatique et aux pandémies.
Des institutions telles que la Banque européenne d'investissement augmentent déjà les financements liés au climat pour atteindre les objectifs de 2025 fixés lors du sommet des Nations unies sur l'action climatique de 2019.

A l'avenir, une meilleure intégration avec l'ensemble plus large des banques publiques de développement - y compris les banques nationales, qui prêtent collectivement plus de 2 000 milliards de dollars par an - pourrait encore améliorer l'efficacité des prêts existants. Selon les estimations des économistes Vera Songwe, Nicholas Stern et Amar Bhattacharya, le monde en développement a besoin d'au moins 350 milliards de dollars supplémentaires par an de financement à faible coût pour renforcer la résilience face aux risques climatiques et pandémiques. Pour ce faire, il faudrait presque tripler les prêts des BMD au-delà de ce qui est actuellement accordé aux plus pauvres.

A cette fin, nous devons utiliser au mieux toutes les formes de capitaux disponibles dans les banques de développement. Néanmoins, comme cette option n'est pas à la portée de tous, nous saluons également les initiatives visant à réorienter les allocations de droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (les DTS, l'actif de réserve du FMI) vers les banques multilatérales de développement, afin qu'elles puissent accroître leurs activités de prêt. Il s'agit là d'un domaine dans lequel la BEI s'engage activement auprès de pays tels que le Rwanda et la Barbade.

Nous devrions également tirer parti des bilans des banques de développement en partageant et en transférant les risques, un domaine dans lequel la BEI possède une grande expertise.

Cependant, pour se rapprocher de l'objectif consistant à tripler les prêts en faveur de la résilience climatique, les banques de développement auront besoin d'un capital libéré plus important.

C'est pourquoi l'initiative de Bridgetown actualisée comprend un appel à lever 100 milliards de dollars supplémentaires pour les banques multilatérales de développement.
Pour tirer le meilleur parti de ce capital, nous devrons moderniser la manière dont nous allouons le soutien des BMD.

Si les banques de développement ont raison de se concentrer sur les pays les plus pauvres, 70% des pauvres de la planète vivent dans des pays à revenu intermédiaire, qui ne sont actuellement pas éligibles aux ressources concessionnelles ou assimilables à des dons. Pire encore, des millions de personnes risquent aujourd'hui de s'appauvrir à la suite d'une catastrophe climatique ou d'une pandémie.

A défaut de modifier les dispositifs concessionnels existants, nous avons besoin de nouveaux instruments de prêt à long terme et à faible coût pour cibler les investissements destinés à renforcer la résilience des populations vulnérables dans les pays à revenu intermédiaire.

C'est pourquoi la BEI a récemment approuvé l'allongement de la durée des prêts accordés à des contreparties souveraines pour une période pouvant aller jusqu'à 30 ans, avec un différé de 10 ans.

Les banques de développement devraient reconnaître que, dans le monde actuel caractérisé par des chocs mondiaux, des initiatives mondiales sont essentielles pour lutter contre la pauvreté et soutenir l'atténuation du changement climatique, la biodiversité, les systèmes d'alerte précoce pour les catastrophes naturelles, ainsi que la préparation et la réponse aux pandémies. Pour réussir, il faudra s'en tenir à l'objectif de réduction de la pauvreté et de croissance, mais aller au-delà des projets étroitement ciblés.

La BEI soutient pleinement ces objectifs et travaille à leur réalisation en partenariat avec d'autres BMD. A la suite d'un appel à l'action lancé l'an dernier lors de la COP27, le Groupe des BMD sur le climat préconise une approche qui aborde la résilience au niveau de pays entiers.

Cela signifie qu'il faut se concentrer sur les politiques, les investissements et les mesures de renforcement des capacités qui favoriseront une transition verte conforme aux priorités d'un pays. Une telle approche nous permettra de passer d'un financement incrémentiel du climat, projet par projet, à une approche plus globale qui met l'accent sur les résultats nationaux et mondiaux.

Face aux défis considérables posés par le changement climatique et les pandémies, tout le monde - mais surtout les Européens et les autres partisans de la transition vers des émissions nettes nulles - doit soutenir un financement élargi.

Grâce à son modèle d'intérêt public et à ses capacités d'innovation, le système des banques publiques de développement peut être le mécanisme qui nous permettra d'atteindre des objectifs mondiaux communs. Si nos engagements dans le cadre du Programme de développement durable et de l'accord de Paris sur le climat ne sont pas respectés, on ne réussira pas à alléger les souffrances de milliards de personnes.

Nous ne pourrons parvenir à un avenir durable qu'en réformant le système financier, en augmentant les investissements dans le domaine du climat et en écoutant les Etats vulnérables. Grâce à notre engagement commun en faveur de la solidarité, de l'équité et du respect mutuel, nous devons travailler ensemble pour faire de la vision transformatrice de l'initiative de Bridgetown une réalité.

Par Mia Amor Mottley
Première ministre de la Barbade et Werner Hoyer, président de la Banque européenne d'investissement
 
 


Lu 2911 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Mai 2024 - 17:05 Droit des générations futures

Mardi 7 Mai 2024 - 15:30 La dérive des incontinents !

Lundi 6 Mai 2024 - 20:00 Faire de l’art une science de la vie






services