Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada

Des témoignages recueillis sur place infirment des allégations alarmantes





Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada
Depuis quelques jours, les vidéos et les pages Facebook appelant à secourir les étudiants marocains au Canada fusent. Des membres de la communauté marocaine sollicitent l’intervention de S.M le Roi pour le rapatriement de ces étudiants vers la mère-patrie ou appellent à la solidarité et à la charité des MRE installés dans le pays pour subvenir à leurs besoins en logement et en nourriture.
Selon plusieurs témoignages postés sur le Net, bon nombre d’étudiants marocains qui poursuivent leurs études au Canada se trouvent aujourd’hui privés de logement et de ressources financières.  Une situation due à la fermeture des campus universitaires depuis la propagation du Covid-19 et à la crise qui frappe le marché de l’emploi dont lequel ces étudiants émargent comme temporaires.
Pourtant, un important détail interpelle, suscitant moult interrogations. En effet, sur les dizaines de vidéos enregistrées et sur les pages Facebook postées, on ne trouve aucune trace de quelque étudiant ou étudiante qui aurait évoqué cette situation ou exprimé son souhait de retourner au Maroc. Serait-ce  par pudeur ou par appréhension ?
Pour Abdou Zirat, journaliste marocain exerçant au Canada et responsable de « M FM Radio Montréal », ni l’une ni l’autre puisque le problème n’existe pas. « Plusieurs de ces étudiants m’ont affirmé qu’ils avaient reçu une note de la part de leurs universités au début de la crise du Covid-19 les informant que les personnes qui en ont les moyens peuvent quitter le campus et que des mesures d’accompagnement allaient être accordées à ceux qui n’ont pas d’autres lieux où résider », nous a-t-il indiqué. Et de poursuivre : « D’autant plus qu’il n’y a pas une seule université canadienne qui pourrait s’aventurer à les jeter dehors en pareille conjoncture.  Pareille décision serait inhumaine et pourrait  nuire gravement à l’image et à la notoriété des établissements universitaires canadiens».  
Concernant la situation financière de ces étudiants, notre source nous a expliqué que malgré la crise actuelle, certains secteurs recrutent à bras-le-corps à l’image de celui de l’alimentation. « Le directeur de la grande chaîne de distribution « Métro » a récemment indiqué au cours d’une émission de télé que son entreprise n’arrivait pas à embaucher faute de main-d’œuvre disponible. Dire donc qu’il n’y a pas de travail temporaire pour ces étudiants relève de l’affabulation ».
Abdou Zirat nous a précisé, en outre, que le Premier ministre Justin Trudeau s’est engagé à ce que son pays prenne en charge toute personne qui se trouverait sur le sol canadien, et ce nonobstant sa situation administrative. Notre interlocuteur ajoute que les banques alimentaires canadiennes offrent  par ailleurs une vaste gamme de produits et services à celles et à ceux qui en ont besoin (boîtes de céréales, pâtes, beurre d’arachide, pain, lait, savon, shampoing, désodorisant, couches pour bébés, produits d’entretien ménager, etc.) « Donc, personne n’est dans le besoin et si jamais quelque ressortissant marocain se retrouverait  dans cette situation, les services diplomatiques et consulaires marocains nous ont affirmé qu’ils sont prêts à l’aider et à le soutenir financièrement », nous a-t-il précisé.
Notre source va encore plus loin. Elle se demande pourquoi certains membres de la communauté ont choisi de prendre la parole à la place des premiers concernés. « En effet, il s’agit bien d’étudiants de l’enseignement supérieur, en l’occurrence de futurs ingénieurs, médecins ou autres qui sont censés assumer à l’avenir des responsabilités et  gérer le pays. C’est l’élite de demain et ce ne sont pas des gamins de CM1 ou CM2. S’ils avaient été réellement touchés, pourquoi n’en ont-ils pas parlé comme l’ont fait leurs alter ego en Chine qui sont montés au créneau pour demander leur rapatriement », s’est-elle interrogée.  
A noter que le nombre d'étudiants marocains au Canada s'élève à 3000 dans la seule province du Québec, selon certaines sources consulaires.
D’autres sources sur place nous ont affirmé, sous le sceau de l’anonymat, que cette affaire a été exploitée par certains pour se mettre sur les devants de la scène médiatique ou pour faire de la collecte d’argent.
De son côté, Hamid Benanni, acteur associatif, estime que la situation de ces étudiants n’est pas tout à fait claire et que les rumeurs enflent tout en précisant que la bonne volonté et l’esprit de solidarité entre les Marocains du Canada ont poussé certains à sonner l’alerte via les réseaux sociaux. A ce propos, il a mis en exergue le travail de soutien initié par plusieurs membres de la communauté arabe et marocaine du Canada au profit des étudiants et des personnes âgées. Cependant, il estime nécessaire que les autorités canadiennes et marocaines interviennent avec diligence si des étudiants se trouvent réellement en difficulté et rapatrier ceux d’entre eux qui manifesteraient leur envie.

Hassan Bentaleb
Mercredi 1 Avril 2020

Lu 1472 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 9 Mai 2021 - 18:05 L’OMS adoube Sinopharm