Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

CHAN, le dernier-né qui prend de l'ampleur au fil des éditions




Le Championnat d'Afrique des nations des joueurs locaux (CHAN), dernier né des compétitions africaines de football, prend désormais de l’ampleur et s'accapare, d'une édition à l'autre, une place importante dans le calendrier aussi bien de la Confédération africaine (CAF) que de la Fédération internationale (FIFA).
Né en septembre 2007 à Johannesburg, en Afrique du Sud, au cours d'une première réunion du comité exécutif de la CAF puis confirmé en janvier suivant à la veille du coup d'envoi de la compétition phare continentale (CAN-2008), le CHAN est une belle vitrine pour les footballeurs africains évoluant dans leurs championnats locaux respectifs pour s’exprimer et s’ouvrir les portes du professionnalisme à l'international.
En février 2008, face au Soudan et à l'Egypte, la Côte d'Ivoire est unanimement choisie par le comité exécutif de la CAF pour abriter les phases finales de la toute première édition de ce tournoi, qui  s’est déroulée du 22 février au 8 mars 2009, avec la participation de seulement huit sélections.
Pour la deuxième édition (Soudan), comme pour les éditions suivantes (Afrique du Sud, Rwanda et Maroc), la CAF a décidé de porter de 8 à 16 le nombre des équipes devant animer les phases finales du tournoi.
Le CHAN gagne des galons en 2014, bénéficiant désormais de la reconnaissance de la FIFA qui l’a intégré au rang des compétitions prises en compte dans l’établissement du classement mondial des nations.
Cependant, en quatre éditions, le palmarès de la participation marocaine à cette compétition demeure, jusqu’ici, très modeste.
En effet, pour la première édition en 2009, sous la houlette de feu Abdellah Blinda, les Lions de l'Atlas n'ont pu assurer leur présence à la phase finale, évincés dès le tour préliminaire par la Libye, après une cuisante défaite 3-0 en match retour (victoire 3-1 à l'aller). Cette édition a été remportée par la RD Congo, victorieuse du Ghana en finale.
Même déception deux ans plus tard. Mustapha El Haddaoui et ses poulains n’avaient pas réussi à valider leur billet pour la phase finale, butant sur la Tunisie (2-2, 1-1), futur champion d'Afrique (CHAN-2011).
Lors de l’édition 2014, le Maroc a réussi pour la première fois à franchir le cap des éliminatoires, avant d’être éliminé en quarts de finale par le Nigeria (3-4 a.p). Le tournoi a été remporté par la RDC aux dépens du Mali, devenant la sélection la plus titrée dans cette compétition (2 titres).
La quatrième sortie des Marocains (au Rwanda) fut encore moins brillante, avec une élimination dès le premier tour.
Concernant les conditions ayant entouré ces participations, le sélectionneur national Jamal Sellami explique que le fait d'évoluer en Afrique subsaharienne s'accompagne toujours de plusieurs difficultés climatiques et infrastructurelles qui rendent la tâche un peu plus délicate.
Mais pour cette cinquième édition à domicile, les Nationaux sont appelés à joindre l’utile à l’agréable: offrir les conditions optimales d'organisation et enlever le sacre !
Evoluer dans un groupe A relativement à leur portée, aux côtés de la Mauritanie, du Soudan et de la Guinée, et de surcroît devant leur public (à Casablanca), constitue une motivation pour les joueurs et le staff nationaux, conscients de la responsabilité qui leur incombe pour écrire une nouvelle page de l’histoire du ballon rond national", a affirmé  Sellami dans une déclaration à la MAP.
Pour aboutir à cette fin et chasser le signe indien dans ce tournoi, les Lions de l’Atlas ont le moral au beau fixe aux termes d'un stage de préparation qui a permis au coach national de peaufiner tous ses automatismes de jeu.
Le CHAN-2018 se déroulera du 13 janvier au 4 février à Tanger, Casablanca, Marrakech et Agadir.
Les Nationaux entameront l'aventure face à la Mauritanie samedi prochain en match d’ouverture, avant d’affronter la Guinée le 17 janvier puis le Soudan le 21 du même mois.

Jeudi 11 Janvier 2018

Lu 694 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés