Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

C’en est trop ou pas assez ?

Le virus entre fatalistes et esprits chagrins




On y est. Et de plus en plus à l’instar de bon nombre de pays, le vilain virus se moquant allégrement des frontières. Et il n’est pourtant pas à culpabiliser, ou en tout cas pas autant que les humains.
Pour rappel, le coronavirus ne circule pas et c’est bien à ceux-là qu’il doit sa transmission d’une personne à l’autre. Aussi le meilleur moyen de s’en prémunir est de limiter au mieux les déplacements.
Bien au-delà des désagréments et autres dommages collatéraux, la décision du Maroc de boucler ses ports et aéroports est à saluer. Après la Chine et Wuhan en particulier, l’autre foyer de la désormais pandémie a opté pour l’Italie où le confinement a été imposé à tout un pays, à tout un peuple qui l’accepte avec stoïcisme.
Et ce sont la France et l’Espagne qui se trouvent tout désignées pour prendre le triste relais. A moins que les mesures prises et qui se veulent drastiques ne parviennent à empêcher la propagation.
Il va sans dire que les moyens du Maroc ne sont ceux de la France, ni de l’Espagne ou de l’Italie, mais on n’a pas trop le choix. Au vu des cas déclarés et confirmés, l’on doit se féliciter d’avoir procédé par anticipation, ce qui à ce qu’il paraît, n’est pas du goût de tout le monde, les … impénitents fatalistes en tête et qui se refusent à un minimum de précaution se référant au ciel pour les protéger. Le pire, c’est qu’ils risquent de contaminer ceux qui ont le malheur de vivre avec eux sur terre. Et puis, il y a les autres, ces éternels insatisfaits, désespérément suspicieux. Toute communication aussi officielle soit-elle, est sujette à un rejet épidermique. Le comble, c’est qu’ils se font prédisposés à gober toute intox émanant de quelque circuit ou réseau tout ce qu’il y a de fantaisiste.
Et à ce niveau, il y a fort à faire. Il n’y a de pire que de chercher à surfer entre une approche par trop rassurante et une autre franchement alarmiste. Communiquer dans ce cas en l’espèce n’est pas à la portée du premier politique venu, c’est le rôle de scientifiques confirmés. Et pédagogues avec ça.
On ne peut prétendre à rassurer sur la base de vœux pieux et de verbiage au conditionnel.
A bon entendeur…

Par Mohamed Benarbia
Lundi 16 Mars 2020

Lu 422 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif