Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Brad Pitt traîné en justice dans une folle affaire d'escroquer




Cela fait désormais plus de quatre ans que les Brangelina sont officiellement séparés. Séparés mais pas divorcés : en effet, même si Brad Pitt et Angelina Jolie se sont mis d’accord sur certains aspects de la rupture de leur contrat de mariage, reste l’épineuse question de la garde des six enfants du couple. Hormis l’aîné Maddox qui poursuit ses études en Corée du Sud, les autres enfants vivent avec leur mère aux EtatsUnis. Mais l’acteur oscarisé pour son rôle dans Once Upon A Time In Hollywood n’a pas rendu les armes, loin de là. Face aux rumeurs qui veulent que son exfemme souhaite s’installer avec sa petite tribu au Royaume-Uni, Brad Pitt prépare sa contre-attaque afin d’avoir la garde des enfants à 50/50, un accord qu’Angelina Jolie a toujours fermement refusé jusqu’à présent. Dans cette guerre sans merci, rappelons que l’actrice avait récemment demandé, par la voie de ses avocats, à ce que le juge en charge de leur divorce soit officiellement dessaisi de leur dossier. La raison : celui-ci aurait des accointances professionnelles avec l’une des avocates de Brad Pitt. Comme si ce divorce à rallonge n’était pas suffisant, l’ex de Jennifer Aniston s’est aussi retrouvé empêtré ces derniers mois dans une affaire judiciaire rocambolesque. Kelli Christina, une Américaine originaire du Texas et PDG d’une entreprise de produits pharmaceutiques, affirme avoir été contactée par Brad Pitt en 2018 pour qu’elle l’aide à lever des fonds au profit de Make It Right Foundation, l’organisation caritative fondée par le comédien en 2007. Kelli Christina soutient qu’elle a payé la star de Fight Club afin qu’il fasse cinq apparitions lors d’événements destinés à récolter de l’argent pour sa fondation, apparitions que l’acteur de 56 ans aurait ensuite annulées. Mais, selon Kelli Christina, le comédien aurait tout de même empoché la somme de 40.000 dollars, sans jamais pointer le bout de son nez. Par ailleurs, la femme d’affaires assure qu’au fil de leurs échanges, Brad Pitt et elle auraient noué une “relation étroite” au point d’avoir parlé... mariage ! Kelli Christina avait donc porté l’affaire devant les tribunaux, réclamant 100.000 dollars pour rupture de contrat et fraude en plus des dommages et intérêts pour le préjudice subi par cette supposée promesse de mariage. Le 12 novembre, le juge d’un tribunal du Texas a rendu son verdict dans cette affaire. Sans trop de surprises, la femme d’affaires a été déboutée, sa plainte étant considéré “sans fondement” par le juge, comme le rapporte le site Page Six. Kelli Christina a tout de même fait savoir qu’elle allait faire appel du jugement. Pendant ce temps-là, le “faux Brad Pitt”, qui a très probablement usurpé l’identité de la star, comme le relaient plusieurs médias américains, court toujours...

Libé
Mardi 17 Novembre 2020

Lu 426 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.