Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Luc Besson

Le réalisateur Luc Besson a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Bobigny à verser une amende de 10.000 euros pour avoir licencié, en 2018, l'assistante de direction de sa société EuropaCorp alors qu'elle était en arrêt maladie. Sa société EuropaCorp, en grande difficulté financière, qui est placée depuis octobre en procédure de sauvegarde, écope de 20.000 euros d'amende. Luc Besson avait été jugé le 28 novembre, lors d'une audience à laquelle il n'avait pas assisté, pour "discrimination fondée sur l'état de santé".
A l'origine de l'affaire une plainte de son assistante de direction qui avait déposé en octobre 2017 une demande de congés - à deux reprises - refusée par le réalisateur. "Lassée du harcèlement qu'elle subit depuis des années", elle s'était mise en arrêt maladie, avait expliqué à l'AFP son avocat, Me Mathieu Brulé. Mais le 9 janvier 2018, l'assistante de direction est alors licenciée pour "faute grave" sur la base de cet arrêt de travail qui est qualifié de "frauduleux" par Luc Besson.

Gabriel Matzneff
    
Les éditions Léo Scheer ont annoncé mercredi l'arrêt de la commercialisation du volume du journal de Gabriel Matzneff, "Les Carnets Noirs 2007-2008", et de l'ouvrage controversé "Les moins de 16 ans". Mardi déjà, les éditions Gallimard et La Table Ronde avaient annoncé l'arrêt de la commercialisation des ouvrages de Matzneff qu'elles éditaient. Les ouvrages de l'écrivain encore présents en librairie vont être rappelés par les éditeurs.
La décision des éditeurs intervient alors qu'une enquête préliminaire pour viols sur mineurs de moins de 15 ans a été ouverte à l'encontre de l'écrivain au lendemain de la parution du livre "Le consentement" de l'éditrice Vanessa Springora, dans lequel elle met en cause l'écrivain, âgé de 83 ans, pour ses relations avec des mineurs. "La souffrance exprimée par Madame Vanessa Springora dans « Le consentement», fait entendre une parole dont la force justifie cette mesure exceptionnelle", s'était justifié Gallimard dans un communiqué. L'éditeur publiait le journal de Gabriel Matzneff depuis 1990.

Vendredi 10 Janvier 2020

Lu 170 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.