Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture





"Cinemadrasa Maroc"

La Chambre marocaine des salles de cinéma ambitionne, à travers le projet baptisé "Cinemadrasa Maroc", de s’ouvrir sur les établissements scolaires dans le but de promouvoir l'esprit de créativité et la culture de l'image auprès des élèves.
Ce projet éducatif, ayant nécessité une enveloppe budgétaire de 2.200.000 dirhams, sera mis en œuvre au cours de l'année scolaire en cours au niveau de 21 salles de cinéma, dans six villes, à savoir Casablanca, Tétouan, Tanger, Fès, Oujda et Agadir, indique la Chambre, dans un rapport présenté lors de son assemblée générale ordinaire, tenue mercredi à Casablanca. Afin de garantir le succès de cette initiative, qui contribuera aux efforts visant à faire face au problème de la fermeture des salles de cinéma, la Chambre a appelé à la mobilisation de toutes les parties prenantes en vue de promouvoir l’utilisation du film comme outil pédagogique et instrument d’apprentissage et de communication tout en permettant aux jeunes d'explorer ces espaces au lieu de la consommation d'image via Internet.
Ce projet propose chaque année un total de 9 films accompagnés chacun d’un dossier pédagogique qui seront élaborés localement et adaptés à l’environnement marocain, relève la même source, notant que ces films concernent les films d’animation pour les écoliers, les films documentaires sur des thèmes très larges et fédérateurs et les films de fiction dédiés aux collégiens et lycéens.
"Cinemadrasa Maroc" propose également 200 séances de cinéma au profit de plus de 80.000 écoliers, collégiens et lycéens en collaboration avec les enseignants volontaires exerçant au sein des établissements d’enseignement public.

Exposition

0Le vernissage de l'exposition "Universum", de l'artiste peintre maroco-française Maria Kermadi, a eu lieu jeudi à l'espace Rivages à Rabat.
Dans cette exposition, organisée par la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l'étranger jusqu'au 31 octobre, l'artiste Maria Kermadi simule un monde (Universum) qui reflète les conditions de la terre, de l'Homme et de l'environnement.
A travers ses œuvres, l'artiste peintre, qui s'est distinguée lors de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22 de Marrakech), a eu derechef recours à certains matériaux utilisés dans ses toiles, plaçant ainsi l'environnement au cœur d'un parcours créatif hors du commun.
Dans une déclaration à la MAP en marge de la cérémonie du vernissage, à laquelle ont assisté de nombreux artistes peintres marocains et étrangers, Maria Kermadi a indiqué que son art se distingue par la diversité des thèmes choisis, notamment la préservation de l'environnement, précisant qu'elle fusionne des matériaux naturels pour dessiner les visages des femmes.

 

Samedi 6 Octobre 2018

Lu 217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.