Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bilbao revigore l’industrie éolienne espagnole




Avec une usine récemment terminée et une myriade d'entreprises, l'industrie éolienne espagnole a trouvé à Bilbao, au Pays basque, un fer de lance pour préserver sa compétitivité face à la Chine et l'Europe du nord.
Autour de la métropole basque se trouvent les sièges d'Iberdrola et Gamesa -fusionnée depuis 2017 avec l'allemande Siemens-, deux poids lourds du secteur éolien.
La capacité installée de production d'énergie éolienne de l'Espagne est la cinquième au monde.
Mais la croissance de son secteur éolien a marqué en 2012 un brusque coup d'arrêt quand le gouvernement a retiré les subventions aux énergies renouvelables, à cause de la crise économique.
Le secteur repart doucement depuis 2016. L'association espagnole des professionnels du secteur (AEE) s'attend à ce que d'ici à 2020, cinq milliards d'euros soient investis dans l'éolien en Espagne.
Les entreprises basques comptent profiter de cet optimisme retrouvé. "Nous essayons d'être une référence dans l'Union européenne", expliquait fin avril Arantxa Tapia, responsable du développement économique au sein du gouvernement régional basque, lors d'une rencontre avec la presse organisée par l'association européenne du secteur, Wind Europe.
"Bilbao est attractive pour notre industrie", assure Markus Tacke, PDG de Siemens-Gamesa, vantant la "très bonne combinaison de dynamisme industriel (...) et le soutien du gouvernement" régional.
Le Pays basque ne représente que 0,6% de la capacité installée en énergie éolienne espagnole, mais 112 entreprises y sont installées, fournissant les parcs éoliens du monde entier, terrestres ou maritimes.
Depuis 2013, elles coopèrent dans le consortium Windbox, qui a ouvert un centre de tests à Eibar, petite ville à 50 kilomètres de Bilbao.
La capacité éolienne de l'Espagne se concentre, notamment dans les grandes régions désertiques de Castille-et-Léon et Castille-La Manche.
L'énergie terrestre, alias "onshore", est le pari de l'entreprise Haizea, qui prévoit de fabriquer des éoliennes de 160 mètres de haut, dans une usine flambant neuve du port de Bilbao, de 500 mètres de long pour 130 de large.
Haizea subit la concurrence de la production chinoise, les réglementations européennes anti-dumping bloquant l'importation d'acier brut de Chine mais pas celle de tours d'éoliennes déjà assemblées.

Libé
Lundi 7 Mai 2018

Lu 679 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.