Beyoncé et Drake font revivre la house music des années 90


Libé
Dimanche 3 Juillet 2022

Cela ne fait nul doute : on dansera au rythme de la house music, cet été. Le rappeur canadien Drake a annoncé la renaissance de ce genre phare des années 90 avec son dernier album "Honestly, Nevermind", avant que Beyoncé n'enfonce le clou avec son nouveau single "Break My Soul". Retour sur l'histoire d'un mouvement musical longtemps sous-estimé.

Drake en est certain : la house music est plus populaire que jamais. Il en est si convaincu qu'il s'est largement inspiré de ce genre musical ultra dansant pour son dernier et septième album "Honestly, Nevermind", qu'il a sorti le 17 juin par surprise. Ce disque aux sonorités house contraste avec le style habituel du rappeur canadien. C'est la première fois que Drake sort un album en rupture franche avec le mélange de rap, R'n'B et pop qui a fait son succès.

Il n'est pas le seul à puiser l'inspiration dans la house music pour son dernier projet musical. Beyoncé en a fait autant pour "Break My Soul", premier extrait de son septième album, "Renaissance", à paraître le 29 juillet. Ce nouveau titre s'appuie sur un classique des années 90, "Show me Love" de Robin S, ainsi que le morceau "Explode" de Big Freedia.

Ces deux chansons radicalement différentes s'imbriquent dans un titre ultra-rythmé, où "Queen Bey" évoque notre envie de lâcher-prise après une pandémie. "Avec tout l'isolement et l'injustice que nous avons connus l'année dernière, je pense que nous sommes tous prêts à nous échapper, à voyager, à aimer et à rire à nouveau", avait-elle déclaré à Harper's Bazaar l'année dernière, au sujet de son prochain album. "Je sens qu'une renaissance se profile, et je veux contribuer à nourrir cette évasion de toutes les manières possibles".

 



Lu 980 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.