Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bâtir la confiance en les vaccins tout en gérant les risques



Bâtir la confiance en les vaccins tout en gérant les risques
Embrasser ses parents, rencontrer son petit-enfant pour la première fois, rire avec des amis - en personne! Les vaccins Covid-19 promettent de nous rapprocher de nos proches et de nous faire profiter des moments que nous avons manqués au cours des 14 derniers mois. Le plaisir des personnes déjà vaccinées est clair: sur les réseaux sociaux, les gens s'autodocumentent et partagent leur moment de vaccination avec le message «Je suis protégé!»

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cet enthousiasme, même face aux rares cas récemment signalés de coagulation sanguine après certaines vaccinations contre la Covid-19.

La manière dont ces risques sont gérés, communiqués et - surtout - perçus sera cruciale pour maintenir la confiance du public dans les campagnes de vaccination contre la Covid-19. Et dans ce contexte, la confiance des gens dans les décideurs politiques, les experts et les institutions sera aussi importante que la confiance dans les vaccins euxmêmes. Nos dirigeants doivent faire preuve de transparence dans leurs actions et reconnaître que chaque jour de retard et d'indécision concernant la communication des vaccins est un terrain fertile pour l'anxiété et la désinformation - en grande partie en ligne.

Pour rassurer le public, nous devons changer notre approche et parler de la gestion des risques comme un processus continu, qui est l'approche que les scientifiques et les autorités réglementaires suivent lorsqu'ils évaluent les vaccins. Les gouvernements créent des systèmes de surveillance de l'innocuité des vaccins pour observer les signes de tout risque éventuel et s'assurer que les orientations sont basées sur les dernières données. Il s'agit d'un processus itératif et la découverte d'un effet secondaire rare signifie que le système fonctionne.

Les scientifiques et les régulateurs utilisent le même processus pour tous les médicaments, des analgésiques en vente libre aux médicaments de chimiothérapie, mais il est souvent invisible pour le public. En revanche, les vaccins Covid-19 ont été conçus, approuvés et administrés sous les projecteurs mondiaux, chaque étape du processus de développement et chaque rapport sur un risque potentiel amplifiés et partagés dans le monde entier. En conséquence, les effets secondaires rares semblent plus courants qu'ils ne le sont réellement, ce qui rend plus difficile pour le public d'évaluer le risque.

Le public est capable de gérer le risque: nous le faisons individuellement et collectivement chaque fois que nous quittons la maison, conduisons une voiture ou prenons des médicaments, par exemple. Mais les gens ont besoin d'informations claires. Dans le cas des caillots sanguins signalés, cela signifie s'assurer qu'ils comprennent non seulement les risques possibles liés à l'obtention d'un vaccin Covid-19, mais également le risque de choisir de ne pas en recevoir. Les prestataires de soins de santé et les vaccinateurs doivent également communiquer clairement les signes et symptômes possibles d'une réaction vaccinale grave et aider les personnes à comprendre quand elles doivent chercher un traitement immédiat. Cela est vrai pour tous les vaccins. Bien que les vaccins soient très efficaces et sauvent 2 à 3 millions de vies chaque année dans le monde, leur inquiétude n'est pas nouvelle. La première ligue anti-vaccins a vu le jour en Grande-Bretagne au XIXe siècle, après que le gouvernement a rendu la vaccination antivariolique obligatoire. Certains pensaient que la vaccination - alors connue sous le nom de «variolation» - n'était pas naturelle et «contre le plan de Dieu». Mais alors que la vaccination était beaucoup plus risquée qu'elle ne l'est aujourd'hui, beaucoup pensaient que le risque valait la peine d'être pris face à une épidémie dévastatrice.

Aujourd'hui, nous sommes confrontés à la Covid-19 - un autre agent pathogène mortel qui a affecté tout le monde d'une manière ou d'une autre. Au Vaccine Confidence Project, nous surveillons les médias sociaux à l'échelle mondiale pour comprendre les questions et les préoccupations des gens concernant les vaccins Covid-19, ainsi que les réussites de renforcement de la confiance. Le thème le plus fréquent que nous voyons - dans plus de 200 langues - est un appel impatient à mettre la pandémie derrière nous. Et les vaccins sont essentiels pour y parvenir. Mais, pour certains, l'empressement à lui seul ne suffira pas à les motiver à se faire vacciner. Ils devront d'abord se sentir plus confiants.

Au niveau individuel, par conséquent, les gens doivent pouvoir poser des questions sur les vaccins Covid-19 sans être traités avec mépris et obtenir les informations et le soutien dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées. Les médecins et les infirmières sont parmi les membres les plus fiables de la société, il est donc important qu'ils prennent le temps d'écouter les préoccupations de leurs patients de manière empathique. Mais ils ont également besoin des dernières informations et conseils à communiquer aux patients et de renforcer leur confiance dans la vaccination contre la Covid-19.

Au niveau politique, les gouvernements doivent investir dans la communication à court et à long termes et dans l'engagement du public pour soutenir la distribution des vaccins. Et les décideurs politiques et les institutions scientifiques doivent devenir plus agiles et apprendre à parler au public directement et de manière transparente des découvertes importantes. La clé n'est pas seulement d'obtenir des informations correctes sur les vaccins, mais aussi de les rendre pertinentes et de renforcer la confiance en répondant de manière logique dans le contexte de leur vie quotidienne. Lorsque la prochaine crise éclatera, avec des risques différents, le public se souviendra de la manière dont ses préoccupations ont été abordées pendant celle-ci.

Il est parfaitement normal d'avoir des questions sur les vaccins. La manière dont nous y répondrons fera toute la différence. Si nous réagissons bien maintenant et renforçons la confiance du public, nous avons la possibilité d'établir une relation de confiance qui servira de base solide pour faire face à la prochaine crise sanitaire.

Par Heidi J. Larson
Directrice fondatrice du Vaccine Confidence Project et professeure d'anthropologie et de risque à la London School of Hygiene & Tropical Medicine

Libé
Dimanche 16 Mai 2021

Lu 783 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Juin 2021 - 18:00 Un pont numérique vers le soutien social



Flux RSS