Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Avec la Super Coupe, le Wydad a complété son puzzle de trophées




Le Wydad, maître du football continental sans conteste. La troisième Super Coupe d’Afrique fut la bonne pour les Rouge et Blanc qui sont parvenus, samedi au Complexe sportif Mohammed V à Casablanca, à décrocher ce trophée après avoir surclassé par un but à zéro la formation congolaise du TP Mazembe.
C’était un match compliqué pour le WAC qui avait en face de lui un sacré client qui restait, d’ailleurs, sur deux défaites d’affilée en Super Coupe, éditions 2015 et 2016. Pour les Rouges, poussés par leur formidable public qui n’a pas cessé de donner de la voix tout au long de la partie, il fallait se dépenser à fond et sortir un match plein dans l’espoir d’atteindre l’objectif escompté et de remporter un trophée qui manquait au copieux palmarès du club, et ce après avoir perdu lors des éditions de Super Coupe de 1993 et 2003.
Et c’est un WAC entreprenant que l’on a pu voir à l’œuvre, produisant beaucoup de volume de jeu, sans pour autant inquiéter outre mesure l’arrière garde du TP Mazembe qui réussissait à contenir intelligemment les assauts des poulains de Faouzi Benzarti qui compte désormais une seconde Super Coupe après celle remportée il y a bien longtemps en 1995 avec l’Espérance de Tunis.
Cela n’a pas empêché les Rouges de conserver leur cadence et de maintenir leur pressing haut sur l’adversaire, en attendant que la situation se débloque. L’occasion s’était présentée au début du second half sur penalty manqué par Walid El Karti suite à l’intervention du keeper international ivoirien, Sylvain Gbohouo Guelassiognon.
 

Un second penalty accordé au WAC a été annulé par la suite par l’arbitre zambien Janny Sikazwe après recours à l’arbitrage vidéo (VAR)

Après ce tir au but raté, les joueurs wydadis n’ont pas lâché prise, tâchant de saisir le moindre espace en vue de brûler la politesse aux défenseurs congolais qui veillaient bien au grain. Un second penalty allait être accordé au WAC mais il a été annulé par la suite par l’arbitre zambien Janny Sikazwe après recours à l’arbitrage vidéo (VAR), technologie utilisée pour la première dans un match de la CAF. 
Le nul blanc n’a pas résisté plus longtemps, car les Rouges, décidés plus que leurs vis-à-vis à sceller le sort de cette explication à l’issue du temps réglementaire, ont vu leurs efforts récompensés à la 83ème minute sur un coup de pied arrêté magistralement tiré par Amine Tighazoui, meilleur joueur du match.
Une ouverture du score qui est intervenue au bon moment, puisque les Wydadis n’avaient qu’une dizaine de minutes à tenir pour remporter cette Super Coupe et rejoindre ainsi le Raja et le MAS, lauréats de par le passé de cette épreuve respectivement en 2000 et en 2012. 
Le WAC a bouclé 2017 avec une Ligue des champions et entamé 2018 par une Super Coupe, voilà ce qui devrait booster le moral du groupe qui aura à cœur de rester sur cet élan conquérant en abordant la prochaine échéance continentale. La C1 que le Wydad retrouvera à partir du mois prochain en tant que tenant du titre et champion du Maroc et pour son entrée en matière, il jouera le WAC (Williams Ville Athletic Club) de la Côte d’Ivoire, tombeur au tour préliminaire du Stade Malien, un habitué de la compétition africaine.   

La FRMF félicite le WAC



Le président de la Fédération Royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, présente au nom du comité directeur de la FRMF les félicitations au Wydad Athletic club (WAC) vainqueur de la Supercoupe 2018 aux dépens du club congolais du TP Mazembe (1-0) samedi soir au Complexe Mohammed V de Casablanca.
Il s'agit de la première consécration du WAC dans cette compétition, lit-on sur le site officiel de la Fédération, frmf.ma

Mohamed Bouarab
Lundi 26 Février 2018

Lu 741 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés