Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au CPS de l'UA, le Maroc prône une vision africaine commune sur l’applicabilité du droit international dans le cyberespace


Libé
Vendredi 11 Novembre 2022

Le Maroc a affirmé son soutien aux efforts déployés par la Commission de l’Union africaine pour l’élaboration d’une vision africaine commune sur l’applicabilité du droit international dans le cyberespace.

L’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’Union africaine et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, qui intervenait mercredi par visioconférence lors d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité sur «La paix et la sécurité dans le Cyberespace: proposition pour une contribution africaine à l’élaboration des règles de droit international régissant le cyberespace», a souligné que les technologies qui ont favorisé un développement économique considérable, augmenté la libre circulation des informations, et contribué à des gains réels en termes de rendement, d’efficacité et de productivité à travers l'Afrique, ont également conduit à de nouveaux défis pour les communautés.

Avec chaque nouvel appareil connecté, découverte numérique ou processus automatisé, de nouvelles vulnérabilités et des préoccupations émergent, créant ainsi de nouvelles opportunités pour commettre des activités de cybercriminalité à grande échelle, a relevé M. Arrouchi.

A cet égard, le diplomate marocain a fait savoir que dans le cyberespace, plusieurs niveaux de réglementation doivent être pris en compte, à savoir le niveau national, notamment la sécurité des systèmes d’information propres à chaque Etat, ainsi que les niveaux régional, continental et international.

Par conséquent, il a mis l’accent sur la nécessite pour chaque Etat de renforcer la vigilance par la mise en place de mesures efficientes, actives et proactives pour contrecarrer et prévenir la mauvaise utilisation de ces technologies au niveau national, d’une part, et le renforcement de l’arsenal juridique qui régit le cyberespace au niveau régional, d’autre part, et ce afin de fournir aux pays la base pour renforcer leur résilience face aux cyber-menaces.

M. Arrouchi a, en outre, souligné qu’en raison de la nature transfrontalière et internationale de ces menaces, l’élaboration des normes et des règles internationales efficaces permettant de réglementer et gérer le cyberespace est devenue une priorité pour chaque Etat.

Par ailleurs, il a indiqué que l’ordre international fondé sur des règles ancrées dans le respect du droit international devrait encadrer le comportement des Etats dans le cyberespace et appuyer les appels lancés par l’UA aux États membres pour qu’ils élaborent et partagent leurs points de vue nationaux sur la manière dont le droit international s’applique dans le cyberespace.


Lu 1768 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS