Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Associations féminines et des droits de l’Homme demandent la révision du Code de la famille


Plus de 40 ONG montent au créneau



Des associations féminines et des droits de l’Homme ont appelé récemment à une révision totale et profonde du Code de la famille y compris le Livre 6 relatif à la succession.
Plus de 40 associations ont relevé plusieurs failles et problématiques après 14 ans de la mise en application du Code de la famille qui nécessite la révision de certaines dispositions de cette loi qui sont en déphasage avec la Constitution de 2011 surtout que celle-ci a consacré l’égalité entre les deux sexes, la primauté des conventions internationales sur les lois internes et la nécessité de les harmoniser avec ces conventions.
Ils ont soutenu que ladite révision repose sur deux principes fondamentaux, à savoir « l’égalité et la non-discrimination que ce soit sur la base du sexe, de la religion ou de la situation familiale des enfants ». Cette réforme doit également être en conformité avec «les dispositions de la Constitution et la Convention internationale relative à la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes ».
Par ailleurs, une étude réalisée par l’Association Jossour-Forum des femmes marocaines (Organisation non gouvernementale créée en juillet 1995) a tiré la sonnette d’alarme et a montré que la représentation des femmes marocaines dans les instances législative, exécutive et judiciaire est « insignifiante ».
« Malgré le fait que les femmes représentent 51 % de la population du Maroc, leur participation dans les cercles du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire reste encore faible », a affirmé Ouafa Ben Abdennabi qui a pris part à l’élaboration de cette étude dans une déclaration à EFE. Elle a ajouté que quelques principes constitutionnels qui consacrent l’égalité entre les deux sexes ne s’appliquent pas.
Intitulée « Evaluation des mécanismes de promotion de la représentation politique des femmes au Maroc », cette étude a été, pour rappel, réalisée en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert Stiftung entre février et octobre 2017.
Elle a révélé que la présence des femmes au sein du gouvernement marocain ne dépasse pas 2,34 %, alors que leur présence dans la Cour constitutionnelle n’atteint pas 0,1% et seulement 0,16 % des femmes assument la fonction de wali.
Concernant la présence des femmes au Parlement, l’étude a précisé que la représentation des femmes à la Chambre des représentants s’est améliorée lors des élections législatives de 2016 par rapport à 2011. Ainsi le taux est passé de 16,96% en 2011 à 21% en 2016. Il convient de rappeler que la présence des femmes à la Chambre des conseillers ne dépasse pas le taux de 11,67%.
L’étude a également souligné que la classification mondiale de la représentativité des femmes élaborée par l’Union interparlementaire en janvier dernier a classé le Maroc à la 92ème position derrière le Pakistan, tandis qu’il était classé 83ème en 2015.
L’Association Jossour a déploré le fait qu’aucune femme n’occupe le poste de président d’un conseil régional et que 21 femmes seulement président les conseils communaux, même si leur nombre dans les instances locales a grimpé de 168 % entre 2009 et 2015.
 

T. M
Lundi 9 Avril 2018

Lu 805 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés