Antonio “El Bailarin ” , le “ génie ” qui a révolutionné la danse espagnole


Libé
Lundi 18 Octobre 2021

Antonio “El Bailarin ” , le “ génie ” qui a révolutionné la danse espagnole

"Un génie", "une référence" qui a fait connaître au monde la danse espagnole - et pas seulement le flamenco - et influencé des générations entières d'artistes. Pour les cent ans de sa naissance, le Ballet national d'Espagne rend hommage au mythe Antonio Ruiz Soler, alias "Antonio el Bailarin".

Elle n'a pas de tutu mais une jupe courte à volants et, perchée sur ses pointes, la danseuse enchaîne les sauts tout en faisant claquer, au creux de ses paumes, des castagnettes.

Sur la scène du Théâtre royal de Madrid, le public est venu jeudi soir admirer ce mélange des genres dans une salle pour la première fois au complet depuis le début de la pandémie, grâce à la fin des restrictions.

"Antonio est l'un des grands d'Espagne et un génie de la danse dans le monde", affirme Ruben Olmo, directeur du Ballet national d'Espagne (BNE).

"Il a ouvert le monde à la danse espagnole", mélange de flamenco, de boléro, de folklore et de "danse stylisée", dansant devant la reine d'Angleterre ou le roi Farouk d'Egypte, ajoute-t-il.

Né en 1921 à Séville, Antonio Ruiz Soler, plus connu sous son surnom d'"Antonio El Bailarin" (le danseur), est un enfant prodige qui perce dès son plus jeune âge avec sa partenaire Rosario. Surdoué, ce couple artistique, qui durera plus de vingt ans, se produit devant le roi Alphonse XIII en 1929.

Adolescent, il quitte l'Espagne avec sa partenaire durant la Guerre civile (1936-1939) pour une tournée en Amérique latine, avant de rejoindre en 1939 les Etats-Unis où ils conquirent le public américain.

Triomphant sur la scène du Carnegie Hall de New York, ils font des apparitions dans des films hollywoodiens comme "La Danseuse des Folies Ziegfeld" (1941), "Sing another chorus" (1941), "Pan-Americana" (1945) ou "Hollywood Canteen" (1944).

Une scène de ce dernier film illustre à merveille la danse espagnole: sur l'extrait en noir et blanc, on voit Antonio et Rosario virevolter, taper des mains et exécuter sauts et figures, la mine expressive, avec un long passage de "zapateo" (tapements du pied).

"C'était un ami de Rudolf Noureev, car il était aussi amoureux de la danse classique (...) il a mis la danse masculine espagnole au premier plan, là où avant l'homme ne faisait qu'accompagner la femme", relève Ruben Olmo.

Danseur du BNE, José Manuel Benitez se dit "fier d'avoir l'opportunité de danser" au Théâtre royal "une pièce d'El Bailarin", une "référence" dont on lui parlait "tout le temps" au conservatoire.



Lu 930 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Décembre 2021 - 18:05 Clap de fin pour "La casa de papel"