Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Andre de Grasse Cette médaille d’ or, personne ne pourra jamais me l'enlever

"Je suis très fier de moi", a assuré, très ému, le Canadien Andre de Grasse, champion olympique du 200 m mercredi à Tokyo.


Andre de Grasse Cette médaille d’ or, personne ne pourra jamais me l'enlever
Q : Quel sentiment vous habite après ce titre?
R : "Après tout ce travail, ces efforts, je l'ai fait, je suis très fier de moi. Je savais que ce serait très rapide. Mon coach m'avait dit d'être bon dans le virage, de tenter de rester au contact, que si je ne l'étais pas je ne pourrais pas gagner la course. C'est ce que j'ai réussi à faire, pour ensuite rester relax et bien placé pour finir fort. Après la course mon coeur battait à toute vitesse, c'est la première fois de ma vie à ce point, j'ai cru mourir une seconde, j'étais par terre mon dieu, pour ma 6e course en 5 jours, j'essayais juste de respirer (...) Tout le monde disait que les Américains allaient gagner, mais c'était mon moment, je savais que je l'avais en moi. J'ai souvent pris l'argent, le bronze, mais j'étais jeune en 2016 et je courais contre Usain Bolt..."

Vous avez gardé vos émotions dans un premier temps...
"J'essayais de garder mes émotions en moi, après tout ce que j'ai traversé, puis ma carapace s'est un peu ébréchée (sourire). Ensuite voir Nia (Ali, sa compagne), mes enfants à l'écran, je l'ai fait pour eux (il s'effondre en larmes)... Je suis très fier de moi, c'était un beau moment de les voir. Je l'ai fait pour eux, ma famille, mes enfants. Bien sûr j'ai été très ému pour la naissance de mes enfants, mais c'est la première fois que je le suis autant sur la piste. Cette médaille d'or, personne ne pourra jamais me l'enlever."

A quel point avez vous été atteint par vos blessures?
"2017 a été une année difficile pour moi, j'étais à Londres pour regarder les Mondiaux (blessé), je savais que j'aurais pu y gagner un titre. Puis je suis revenu en 2018 et me suis blessé au même endroit, j'étais anéanti, j'ai eu une année supplémentaire de soins. Heureusement les Mondiaux de Doha étaient en octobre (2019)".

Libé
Vendredi 6 Août 2021

Lu 205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS