Fatna Sarehane : Les Directives Royales sont d’ un grand apport pour la condition de la femme

 

Amel Bent évoque la sortie de prison de son mari


Libé
Vendredi 16 Septembre 2022

Une nouvelle vie, en compagnie de ses enfants et la femme qu’il aime. Il y a plusieurs mois, le compagnon d’Amel Bent n’aurait jamais imaginé pouvoir assurer la rentrée de sa progéniture et alléger l’artiste, et coach de The Voice, d’un poids important. En effet, Patrick Antonelli séjournait en prison depuis le début du mois de mai alors qu’il avait déjà fait face à la justice pour trafic de permis de conduire dans son auto-école de Neuilly-sur-Seine.

Le tribunal de Nanterre l’avait condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis mais avec un aménagement de peine sous bracelet électronique. Mais deux autres affaires l’emmenaient finalement derrière les barreaux. Notamment celle d’escroquerie aux aides de l’Etat versées durant la pandémie de COVID-19.

La cour d’appel de Versailles décidait finalement de le "libérer" en le condamnant à huit mois de prison avec port du bracelet électronique. Aujourd’hui, Amel Bent peut donc vivre aux côtés de son compagnon et ce dernier peut également assurer l’éducation de sa progéniture.

Invitée dernièrement sur le plateau de Télématin, l’artiste a d’ailleurs évoqué sa nouvelle vie avec Patrick Antonelli, et son rythme de vie effréné. Un rythme dont Amel Bent ne se "plaint pas". "C’est un métier où il y a soit tout, soit rien. Je m’en sens capable, j’ai de très belles équipes autour de moi, dans l’intimité comme sur les routes et c’est avec l’aide de tous ces gens bienveillants, travailleurs et professionnels qu’on arrive à faire de très belles choses tous ensembles. Je me nourris d’amour […] C’est la magie de la scène, du spectacle", avouait-elle également.

En revanche, Thomas Sotto se demande comment Amel Bent peut assurer sa tournée, tout en devant s’occuper d’un enfant de cinq mois. Ce à quoi la chanteuse répondait, très étonnée par la question : "Il a un papa ! Heureusement, papa ne chante pas, sinon on aurait été mal. Il y a les mamies qui sont là et puis, j’ai eu une place en crèche. C’est la première que j’ai eue dans la ville où j’habite […] Je suis heureuse de laisser mon fils à des professionnels".


Lu 898 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.