Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Adieu mon ami et frère, l’ingénieur statisticien et l’ambassadeur Chawki Benazzou

Le Maroc perd un scientifique émérite


Adieu mon ami et frère, l’ingénieur statisticien et l’ambassadeur Chawki Benazzou
La trop triste nouvelle est tombée tel un couperet. Par ces temps de désolation avec cette pandémie qui frappe le Maroc à l’instar de bien d’autres pays faisant des victimes de par le monde, mon ami, mon frère Ssi Chawki Benazzou vient de rendre l’âme. Une disparition qui m’emplit d’une grande tristesse et d’une immense affliction que doivent ressentir, sans doute aucun, les proches de notre grand regretté comme ses amis, ceux qui ont partagé son parcours estudiantin et scientifique et ses compagnons de lutte sur la voie de l’engagement nationaliste et politique au sein de l’Union socialiste des forces populaires.
J’aimerais rappeler en quelques mots, à l’égard notamment des nouvelles générations, quelques étapes du riche parcours du défunt. Si la disparition de ce savant et chercheur notoire constitue une grande perte pour tout un pays comme pour le mouvement ittihadi, ses livres,ses études et ses recherches resteront à jamais pour témoigner de l’apport exceptionnel d’un homme tout aussi exceptionnel. J’en citerais en particulier« Le Maroc face à l’endettement extérieur : balance des paiements et dette publique extérieure », ou ses travaux scientifiques dont «L’eau : Un défi permanent » et « Le partenariat euro-méditerranéen : quelles perspectives ». Il va sans dire que ses anciens collègues et étudiants à l’Institut national de statistique et d’économie appliquée gardent tous de lui l’image d’un professeur compétent et dévoué avant qu’il ne soit honoré par sa nomination de la part de Feu Sa Majesté Hassan II en tant qu’ambassadeur du Royaume ne Indonésie.
Il a grandement marqué cet établissement de son passage, lui l’ingénieur émérite, en tant qu’enseignant et en tant que directeur par la suite de ce grand Institut qu’il a érigé en référence et en un véritable temple de la recherche économique et statistique.
Une grande amitié, consolidée par nos préoccupations communes et nos échanges scientifiques, me liait au regretté Benazzou et faisait que nous étions constamment en contact même quand les circonstances imposaient l’éloignement physique.
L’autre référence et non des moindres à l’actif de feu Benazzou, a pour nom « Panorama économique du Maroc »relatant les recherches scientifiques se rapportant à l’économie nationale qu’il a eu à encadrer dès les premières années de l’Indépendance et jusqu’aux années 80. Il a parfaitement su faire apprécier une vision moderniste donnant la priorité aux ressources humaines en les plaçant au centre des options économiques.
Le regretté Benazzou, connu pour son abnégation et sa modestie légendaires, animé qu’il était par le désir ardent d’assurer les jeunes générations d’une formation idoine, a multiplié les partenariats avec de nombreuses institutions et autres pays amis tels le Canada, les Etats-Unis, la France ou l’Angleterre…
Feu Chawki Benazzou a, par ailleurs, grandement contribué aux efforts concernant la réforme de l’institution publique du temps oùAbdellatif Jouahri, l’économiste reconnu et actuel wali de Bank Al-Maghrib, coiffait cette mission.
Le regretté Benazzou qui s’est fait également remarquer en tant que militant dévoué, s’est présenté à Meknès aux législatives de 1977 au nom de son parti l’USFP qui avait alors proposé pour ces élections dans plusieurs villes bon nombre de ses cadres intellectuels, scientifiques ou universitaires dont, pour rappel, notre grand penseur Abdellah Laroui,sachant que la conjoncture de l’époque était tout autre et qu’une certaine maturité faisait alors défaut.
Feu Chawki Benazzou a eu à s’acquitter avec la même efficacité des missions dont le chargeait l’USFP à telle enseigne que son domicile ressemblait plutôt, durant ces années 70 connues pour être difficiles à plus d’un égard, au siège du parti tant il était fréquenté par les dirigeants et les militants ittihadis tels Abdelouahed Radi, Lahbib Cherkaoui, Mohamed Elhihi, Mohamed Ennaciri et Sadek Larbi Chtouki. C’est d’ailleurs en cette période que notre cher regretté a eu à subir les affres de la détention politique.
Paix à son âme, à mon frère, à mon cher ami.
En ces douloureuses circonstances, j’adresse mes sincères condoléances à l’épouse de mon regretté ami, notre sœur Maria et à ses deux chères filles ainsi qu’à la grande famille de Ssi Chawki, ses amis et ex-collègues et ses compagnons de lutte. Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.

 

Par Habib El Malki
Lundi 16 Novembre 2020

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS