Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abderrahim Chahid : Le gouvernement fait peu de cas du rôle du Parlement et des propositions et des initiatives de l'opposition


Mourad Tabet
Mercredi 9 Février 2022

Les Groupes de l’opposition à la Chambre des représentants rappellent l’Exécutif à ses devoirs

Abderrahim Chahid : Le gouvernement fait peu de cas du rôle du Parlement et des propositions et des initiatives de l'opposition
Les Groupes et le Groupement parlementaires de l'opposition à la Chambre des représentants ont unanimement critiqué le bilan du gouvernement et l’action du Parlement lors de la session d'automne, et ce lors d’une conférence de presse organisée conjointement lundi 7 février à la Chambre des représentants à l’occasion de la clôture de la 1ère session de la 1ère année législative de la 11ème législature 2021-2026. Le président du Groupe socialiste et coordinateur des groupes de l’opposition, Abderrahim Chahid, a affirmé que le but de cette conférence est d'informer les citoyens sur l'évaluation de l'opposition de la prestation aussi bien du Parlement que du gouvernement, considérant que la session législative n'a pas été à la hauteur des aspirations de l'opposition. Il a déclaré que la coordination entre les groupes d'opposition à la Chambre des représentants est en fait une réaction à l'hégémonie et à l'imposition d'une opinion unique par le gouvernement et sa majorité numérique, mettant en garde contre cette démarche qui pourrait conduire à des effets néfastes. Concernant la loi de Finances 2022, le président du Groupe socialiste a relevé que les hypothèses sur lesquelles reposait cette loi, à savoir une bonne campagne agricole et un prix bas du pétrole, sont devenues caduques au vu de la sécheresse et de la hausse des prix des carburants. Abderrahim Chahid n'a pas exclu le recours du gouvernement à la dette comme option pour combler le déficit financier et budgétaire. Il a, par ailleurs, affirmé que la loi de Finances ne contient aucune mesure en faveur de la classe moyenne et qu'il est devenu nécessaire de protéger le pouvoir d'achat des classes moyennes et vulnérables. Selon lui, le gouvernement fait peu de cas du rôle du Parlement en rejetant les propositions et initiatives de l'opposition, notamment le projet de loi relatif au statut juridique des membres du gouvernement. Il a fait part de l’inquiétude de l'opposition à la Chambre des représentants quant à la domination du gouvernement et de sa majorité, faisant observer que cela s’est fortement manifesté lors des élections des instances de la Chambre et celles des conseils des collectivités territoriales. Là-dessus, Abderrahim Chahid a souligné que le gouvernement bafoue les droits de l'opposition, notamment son droit d’exprimer ses opinions, ce qui était évident lors des débats sur la loi de Finances pour l'année 2022, où tous les amendements conjoints présentés par l'opposition ont été tout bonnement rejetés. Pis encore, cette hégémonie s'étendait jusqu'à l’interdiction de la presse et de l'opinion publique de suivre les travaux des commissions parlementaires, qui sont encore secrets, contrairement à ce qui se passait lors de la précédente législature. En ce sens, le président du Groupe socialiste a fait savoir que le règlement intérieur de la première Chambre accorde au président de la commission le droit de lever le secret sur ses travaux, mais le président de la Chambre des représentants s’obstine et exige que les commissions permanentes se tiennent à huis clos. Pour sa part, le président du Groupe du Mouvement populaire à la Chambre des représentants, Driss Sentissi, a assuré qu’un bureau d’études a conseillé aux groupes de la majorité d’attaquer l'opposition, ce qui a incité les Groupes et Groupement parlementaires de l’opposition à accorder leurs violons pour y faire face et à assumer leur rôle constitutionnel au Parlement. Il s'en est pris au gouvernement d'Aziz Akhannouch, soulignant que le programme gouvernemental n'était pas à la hauteur des attentes des citoyens. « Nous ne savons pas comment les trois partis qui concourraient pour la première place lors des élections ont pu fusionner leurs programmes, et par quelle magie ils se sont trouvés tous dans la majorité », a-til martelé. Il a ajouté que l'opposition a présenté des amendements au PLF, mais le gouvernement a parfois sous-estimé les interventions des députés, lorsqu'elles soulevaient des questions fondamentales traduisant les préoccupations du citoyen, notamment le volet social. Le président du Groupe parlementaire du PPS, Rachid Hamouti, a, pour sa part, critiqué le gouvernement, le qualifiant d’apolitique, puisque 18 ministres du cabinet d’Aziz Akhanouch n’ont rien à voir avec les partis composant la majorité. Il a également critiqué le retrait par le gouvernement de quatre projets de loi dont notamment le projet de Code pénal, considérant que le retrait du projet de loi relatif à l'occupation temporaire du domaine public a pour but de protéger ceux qui exploitent le domaine maritime. L’intervention d’Abdellah Bouanou, président du Groupement parlementaire du PJD, est sur la même longueur d’onde en affirmant qu’«il y a une tendance à la domination, au contrôle et à l’étouffement du politique», ajoutant: «Chaque fois que nous critiquons le gouvernement, la majorité nous attaque».


Lu 429 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p