Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkrim Benatiq : La zone tampon fait partie intégrante du territoire marocain




Abdelkrim Benatiq, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, a affirmé devant les participants à la 3ème édition du Forum des compétences marocaines aux Etats-Unis tenue récemment à Marrakech que le projet de création d’un Etat fantoche qui sert les intérêts d’un autre Etat est tombé à l’eau, tout en soulignant que les ennemis du Royaume ont créé des combats juridiques fictifs dans le but d’envenimer les relations avec les partenaires du Maroc surtout son partenaire stratégique, à savoir l’Union européenne.
Il a également assuré que depuis la récupération de ses provinces sahariennes, le Maroc fait l’objet d’attaques, que le Sahara constitue le prolongement stratégique naturel, politique et géographique du Royaume et qu’il est inconcevable d’imaginer un Maroc sans son Sahara.
Le ministre délégué a, par ailleurs, fustigé quelques pays qui ne cessent de créer des problèmes au lieu d’œuvrer en concertation avec le Maroc pour le développement de la région maghrébine, tout en soutenant que les générations futures vont leur demander des comptes.
Il a assuré que la guerre a été imposée au Maroc il y a 17 ans et que celui-ci a réussi à vaincre ses ennemis grâce à la détermination de Feu S.M Hassan II et du peuple marocain.
Dans ce sens, Abdelkrim Benatiq a estimé que des pays influents, y compris les Etats-Unis, se sont rendu compte que la création d’un Etat fantoche dans une région aussi stratégique que celle du  Maghreb et de la Méditerranée, entraînera inévitablement l’instabilité et l’insécurité.
Concernant  ce qui se passe dans la région de Guergarat et Mahbes, il a affirmé que le Maroc n’acceptera jamais de changement du statut juridique des provinces du Sud, car la zone tampon fait partie intégrante du territoire marocain et que le Maroc avait accepté en 1991 de la mettre sous la responsabilité de l’ONU pour faciliter la mission de la MINURSO qui s’applique à superviser le cessez-le-feu.

M.T
Jeudi 5 Avril 2018

Lu 1148 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés