Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A nous l’Afrique !




Suite à une malencontreuse
erreur, l’article publié dans notre édition d’hier (n : 8324) sous
le titre «Les Lions de l’Atlas sur le toit de l’Afrique» devait être signé MAP et non pas par un journaliste de la rédaction
de Libération.
Nous publions aujourd’hui
l’article «A nous l’Afrique» qui devait figurer sur l’édition d’hier au lieu de celui rédigé par nos confrères de la MAP auxquels nous présentons nos excuses.

Mission accomplie. Le Onze national des joueurs locaux a rejoint, dimanche, le lot des lauréats du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2018), après avoir surclassé en finale, présidée par S.A.R le Prince Héritier Moulay El Hassan au Complexe sportif Mohammed V à Casablanca, son homologue nigérian sur le large score de 4 à 0.
Une victoire avec l’art et la manière de l’équipe marocaine qui confirme la suprématie du football national sur la scène continentale. Si l’année 2017 s’est terminée en beauté avec une consécration en Ligue des champions grâce au Wydad et une qualification de l’EN A au Mondial russe, l’on ne pouvait espérer mieux comme entame de 2018. Enfin, un titre africain majeur au niveau des sélections, le troisième après le sacre de 1976 à Addis Abeba et celui des juniors en 1997 à domicile.
Il était grand temps donc de voir l’équipe nationale revenir au-devant de la scène et ravir un titre amplement mérité. Face au Nigeria, ce n’était pas gagné d’avance mais l’on ne peut que saluer l’excellente lecture du sélectionneur Jamal Sellami de l’adversaire. Il a pris du bon bout la partie, optant pour les ailes en vue de mener des assauts savamment orchestrés par les virevoltants Zakaria Hadraf, sacré d’ailleurs meilleur joueur du match, et Ismaïl El Haddad, altruiste jusqu’au bout.
Abordant la confrontation pied au plancher, les partenaires de Jaouad El Yamiq, fraîchement transféré au club italien de Genoa, ont vu leurs efforts récompensés juste avant de regagner les vestiaires grâce à Zakaria Hadraf, un but qui a fait beaucoup de bien au groupe.
Au cours du second half, l’équipe marocaine, poussée par quelque 35.000 spectateurs qui ont bravé le froid et la pluie, n’a pas baissé d’intensité, produisant un foot où style et efficacité allaient de pair. Réduits à dix après l’expulsion dès la reprise du défenseur Eneji Moses, les Nigérians n’ont pu en aucun moment contenir la fougue des hommes de Jamal Sellami, décidés à mettre le paquet, doublant la mise à l’heure de jeu par Walid El Karti, comblé plus que n’importe quel autre international marocain, en étant buteur aux finales de la C1 et du CHAN.
A deux à zéro et avec une supériorité numérique, les joueurs de l’EN n’en demandaient pas mieux pour dérouler et sceller le sort de cette partie. Tout d’abord par l’entremise de Zakaria Hadraf, auteur d’un doublé (64è), puis grâce au goleador du tournoi (9 buts) Ayoub El Kaabi (73è) qui avait joué terriblement de malchance avant de trouver le chemin des filets.
Une victoire par 4 à 0 qui ne souffre d’aucune contestation au grand bonheur de cette génération de joueurs dont certains évolueront sous d’autres cieux, alors que d’autres sont bien partis pour les suivre. Ceux qui vont rester ont bien affûté leurs armes et auront l’opportunité, si leur niveau ne régresse pas, de disputer les éliminatoires du prochain CHAN dont les phases finales sont prévues en 2020 en Ethiopie.
Il convient de rappeler que pour le compte de la petite finale qui a eu lieu samedi au Grand stade de Marrakech, la victoire est revenue au Soudan qui a disposé de la Libye après recours aux tirs au but (5-3), sachant que le temps réglementaire s’était soldé sur une issue de parité, un partout.

 

Mohamed Bouarab
Mercredi 7 Février 2018

Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19