Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A la veille de son match contre le leader

Le MAS se sépare de Jaaouani




Au moment le plus crucial de la saison, personne n’aurait parié sur un tel rebondissement. Et pourtant, le Moghreb association sportive de Fès accueillera le leader du championnat, le Chabab Mohammedia ce dimanche, après avoir viré son entraîneur, Mounir Jaouani. L’ex-technicien de la Renaissance sportive de Berkane a été démis de ses fonctions au même titre que son assistant Adil Serraj. D’après un communiqué émanant de la direction du MAS, ce serait plutôt une résiliation à l’amiable. Mais là on joue sur les mots plus qu’autre chose. 
Si les dirigeants de l’un des plus anciens clubs marocains, fondé en 1946, n’ont pas précisé les causes derrière cette séparation, les derniers résultats n’y sont certainement pas étrangers. En récoltant trois petits points lors des quatre dernières journées, le MAS (40 pts) a été relégué de la première à la dernière marche du podium, à quatre unités de son adversaire de dimanche et à deux de la Jeunesse Sportive Salmie (2ème). Mais il serait tout de même injuste de mettre cette mauvaise passe sur le dos de Mounir Jaouani. 
Arrivé en décembre dernier dans la capitale spirituelle du pays, le coach de 52 ans, natif d’Oujda a été l’un des grands artisans du renouveau fassi. L’ex-international juniors (2 sélections), joueur d’un seul club, le KAC de Kénitra (550 matchs), a relancé une équipe aux abois depuis plusieurs années. Le MAS, ce n’est pas uniquement quatre Championnats du Maroc et autant de Coupes du Trône, ou encore une Coupe de la Confédération et une Supercoupe de la CAF, le MAS, c’est aussi une descente aux enfers qui a mené ce club emblématique à l’étage inférieur où il végète depuis plusieurs saisons déjà. Et alors que les rêves d’accession sont enfin permis pour la première fois depuis bien longtemps, le coach est viré sans ménagement, alors qu’il n’y est pas pour grand-chose dans les accrocs récents. 
En effet, excepté le retrait de deux points infligé par la FRMF, parce qu’un joueur suspendu avait été aligné, difficile d’imputer au coach la responsabilité des nombreux cas Covid+ recensés au sein du club et par vagues, ce qui a totalement chamboulé la préparation du groupe et perturbé les entraînements. Situation qui a d’ailleurs donné lieu à des reports en rafale. Bref, ce n’est pas vraiment l’idéal pour la mission commando qui lui a été attribuée à son arrivée, à savoir retrouver l’élite en fin de saison. Même si les résultats entre-temps n’ont pas été infamants. Certes il y a la dernière défaite contre le Chabab Atlas Khénifra (2-1), mais avant, les Fassis ont enchaîné trois malheureux nuls où ils ont eu des occasions de l’emporter mais ont péché dans la finition.    
A moins qu’il y ait eu une fracture entre le staff et les joueurs, les limogeages de Jaouani et Serraj sont somme toute  incompréhensibles. D’autant qu’en cas de victoire dimanche, les Fassis auraient pu revenir à un petit point du leader. Sans oublier que la crise sanitaire les a stoppés dans leur élan, eux qui étaient leaders avant la suspension du championnat. En tout cas, si les dirigeants du MAS avaient envie de se saborder, ils n’auraient pas mieux fait. A moins qu’ils lorgnent une destinée à l’image de celle de la Renaissance de Zemamra, qui avait écarté son entraîneur Réda Hakam, leader de D2. Malgré cela, Zemamra a été promue en fin de saison.  

​Le Mouloudia d'Oujda tenu en échec par la lanterne rouge

Le Mouloudia d'Oujda a été tenu en échec à domicile par le Raja de Béni Mellal (1-1), en match comptant pour la 25è journée, disputé jeudi soir au stade d'Honneur d'Oujda. Les Mellalis ont surpris les locaux dès la 36è minute de jeu grâce à un but de l'attaquant Rachid Ait Hammou permettant aux siens de mener au score jusqu'à la 66è minute. En effet, les hommes d‘Abdelhak Benchikha ont remis les pendules à l'heure par l’intermédiaire de Noah Saâdaoui à 23 minutes de la fin de la rencontre.
Incapables de prendre le dessus sur la lanterne rouge du championnat, les poulains de Benchikha se sont contentés d'un nul qui leur permet, toutefois, d’occuper la deuxième marche du podium avec un total de 41 points, derrière le Raja de Casablanca, leader avec 45 unités. Le Wydad de Casablanca occupe la troisième place avec 40 points, ex aequo avec la Renaissance de Berkane.
Plus tôt dans la journée, le Difaâ d'El Jadida s'est imposé à domicile face au Moghreb de Tétouan (2-0) en match comptant pour la 25è journée. Simon Msuva a marqué le premier but des locaux sur un tir à la 25è minute, avant qu'Abdelfettah Hadraf ne double la mise à la 33è minute de la même manière. Cinq matches, pour le compte de la même journée de la Botola Pro, ont été reportés à une date ultérieure, à savoir RSB-AS FAR, Ittihad de Tanger-Renaissance Zemamra, WAC-RCA, FUS de Rabat-Olympic de Safi et Rapide Oued Zem-Hassania d'Agadir.

Chady Chaabi
Samedi 29 Août 2020

Lu 903 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 La FRMF arrête le programme des dernières journées