A l’Ecole Mohammedia des ingénieurs : Abd Al Malik chante au profit des enfants cardiaques


Ayoub AKIL
Jeudi 12 Février 2009

A l’Ecole Mohammedia des ingénieurs : Abd Al Malik chante au profit des enfants cardiaques

La star congolaise du slam, Abd Al Malik, chante au profit des enfants cardiaques au Maroc. Organisé par l’Association « L’espoir Trait d’union» en partenariat avec les Associations Awrach et  des enseignants chercheurs de la FMPR, ce concert  est prévu pour le vendredi 13 février 2009 à l’Ecole Mohammedia des ingénieurs. Il s’agit d’un événement caritatif créé dans le but d’apporter aussi une aide aussi bien financière que morale aux enfants atteints de cardiopathies. En première partie de ce concert, le public aura rendez-vous avec les percussionnistes chevronnés du groupe «Nasr». A noter  aussi la participation du groupe de la fusion «Numydia», fondé en 2004 par le musicien Tarik Hilal.  Le groupe R’bati propose une musique chaloupée qui marie les chants traditionnels marocains aux rythmes du monde. Une exposition de plusieurs peintres et photographes marocains vous sera également réservée. Alors que le frénétique Ahmed Nouati nous convie à un show haut en couleurs de speed painting. Et en fin, Abd Al Malik prendra son micro et entonnera le public avec ses textes fondés sur un slam conscient et épuré. Ce personnage si attachant, fondateur du groupe strasbourgeois N.A.P, propose avec "Gibraltar", son deuxième opus solitaire, une explication de rigueur sur le slam. Il s’agit d’un courant artistique qui se rapproche de près des conteurs africains. Une sorte de poésie récitée en musique; c'était un art presque marginal surtout répandu dans les cafés-concerts un peu spéciaux, et tout un tas de choses nouvelles pour beaucoup. Mais il n'en est rien. En effet, le phénomène ayant devancé toutes les explications, et la France entière, s'étant emparé de ce style plus que jamais populaire.
        Actuellement, Il revient sur scène avec un excellent album intitulé «Danté». Et l’on se demande comment l’ex-rappeur, Abd Al Malik, artiste engagé et réfléchi, s'en sort donc avec ce nouveau projet, le slam, non dénué d'ambition et marqué par une prise de risque peu commune chez des artistes trop souvent confortablement installés dans leurs certitudes.
Autant le dire tout de suite, ceux qui ne se sentent aucune affinité particulière avec ce genre atypique qu'est le slam pourraient ne pas se retrouver dans ce «Danté». Les autres auront le plaisir de découvrir une nouvelle facette de cet artiste. Une facette encore plus fortement introspective d'une sincérité troublante et presque naïve. Cette dernière mise sur la transparence de son discours pour toucher l'auditeur au plus profond de sa réflexion. S’appuyant sur la simplicité des idées et sur la beauté et la candeur des images, l'artiste nous transporte dans un univers d'émotions, de questionnement, d'observation et de remise en question. Les sujets sont souvent graves malgré un traitement volontairement léger, et soulèvent des problématiques actuelles.
« Abd Al Malik n’a pas fait de son de son rap une arme de guerre. Mais in n’est pas non plus du genre à reculer, à ses repentir, à affadir son propos. Donc, deux ans après Gibraltar, il enfonce le clou spirituellement, musicalement et éthiquement », avance Bertrand Dicale, meilleur ami d’Abd Al Malik.
Peu importe, l'intérêt de ce disque réside dans ce qu'il apporte. Quel plaisir d'entendre un artiste hip hop s'exprimer avec autant de virtuosité, d'honnêteté et de souplesse. A cœur ouvert, comme à son habitude, il retrouve Wallen sa compagne au quotidien pour un "Adam et Eve" chargé d'émotions et de sentiments. Les leçons de vie et d'humilité s'enchaînent sans engager un ton ni professoral ni contemplateur. Et puisque l'engagement social et intellectuel d'Abd Al Malik s'y prête bien, soulignons qu'à l'écoute de ce disque, les vrais humanistes et universalistes apparaissent. Et ceux-ci n'usent pas de dénonciation, pas de diffamation ni d'injure pour prôner l'égalité et la fraternité. Ils ne provoquent pas gratuitement et ne blessent pas pour se guérir. Ils ne dépouillent pas les uns pour rhabiller et flatter les autres. Une bien belle leçon de ce que sont l'engagement et la vie d'un homme, en somme. Voilà en somme l’art d’Abd Al Malik.


Lu 550 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.











services