Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Doha, la Fifa ouvre son Congrès avec des divisions à surmonter


Libé
Jeudi 31 Mars 2022

A Doha, la Fifa ouvre son Congrès avec des divisions à surmonter
Très divisée, la planète football s'est rassemblée au Qatar, où le président Gianni Infantino a ouvert jeudi le Congrès annuel de la Fifa après les secousses liées à l'exclusion de la Russie du Mondial-2022 et à l'inflammable projet de Mondial biennal, pour l'heure remisé.

Au Centre des expositions de Doha, sous un immense mobile rotatif orné des drapeaux des 211 fédérations affiliées à la Fifa, les délégués ont pris place pour ce rendez-vous enfin organisé in situ après deux éditions successives en visioconférence pour cause de pandémie.

Jouant l'apaisement avant le tirage au sort vendredi de la Coupe du monde 2022 au Qatar (21 novembre-18 décembre), la Fédération internationale a escamoté sa proposition visant à doubler la fréquence de sa compétition reine à partir de 2026, qui avait attisé la révolte parmi les grands clubs ou les supporters.

"Ce qui est le plus important, c'est que la communauté du football mondial est unie. Malgré toutes nos différences, nous sommes tous là", a lancé à la tribune Gianni Infantino.

L'ordre du jour de ce 72e Congrès est très classique, entre vote du budget et discours du président Infantino, qui achève son deuxième mandat en 2023 et n'a pas dit s'il comptait se représenter pour un troisième et dernier mandat de quatre ans.

Dans ce contexte, et alors qu'a débuté jeudi la période électorale jusqu'au vote organisé lors du 73e Congrès l'an prochain, l'heure n'est semble-t-il pas aux propositions clivantes pour le dirigeant italo-suisse, qui n'a pour l'heure pas d'opposant majeur déclaré.

La réforme du calendrier international masculin et féminin à l'horizon 2024 reste pourtant un dossier pressant. Mais l'instance basée à Zurich n'a pas mis le sujet au vote, ni même au menu des débats, semblant renoncer à passer en force.

De quoi réjouir les détracteurs d'un Mondial biennal, la puissante UEFA en tête. Le président de la confédération européenne Aleksander Ceferin s'est dit persuadé que le projet, qui menace directement la lucrative Ligue des champions, est désormais "exclu".

Organiser une grande compétition en alternance tous les étés, Mondial ou épreuve continentale (Euro, Copa America...), bouleverserait en effet un écosystème rythmé tous les quatre ans par la Coupe du monde, depuis 1930 chez les hommes et 1991 chez les femmes. Et menacerait plus largement le paysage du sport mondial, le Comité international olympique (CIO) s'inquiétant de voir le ballon rond empiéter sur les autres disciplines.

Pour sa part, la Fifa a promis en décembre davantage de revenus "de solidarité" à chacune de ses fédérations si la réforme aboutit, s'assurant le soutien des fédérations africaines et asiatiques craignant un creusement des inégalités face au richissime football européen, qui redoute pour sa part des cadences infernales pour ses joueurs.

Il faudra voir quelle orientation prend désormais la réforme du calendrier: certains évoquent un retour de la Coupe des confédérations, mini-tournoi à huit sélections disputé entre 1992 et 2019, ou un élargissement aux équipes américaines de la Ligue des nations, créée en 2018 par l'UEFA.

Le recul de la Fifa sur ce dossier indique peut-être qu'Infantino souhaite rassembler la famille du ballon rond, fortement éprouvée ces derniers mois, entre pandémie de Covid-19, projet avorté de Super Ligue des clubs dissidents et conséquences de la guerre en Ukraine.

Face à l'offensive russe lancée en février sur le sol ukrainien, la Fédération internationale a pris une décision retentissante en excluant l'équipe nationale de Russie de la course au Mondial-2022. Saisi par la fédération russe (FRU), le Tribunal arbitral du sport (TAS) a validé provisoirement cette décision, dans l'attente d'une décision sur le fond du dossier.

Certaines voix appellent même à la suspension de la FRU de la Fifa, une mesure radicale qui ferait les affaires de l'UEFA, confrontée à une embarrassante candidature russe à l'organisation des Euros 2028 et 2032.

"Je pense qu'ils doivent être exclus de cette organisation parce qu'ils ont perpétré des crimes, ils ont eu recours à la terreur, ils ont violé toutes les règles de la civilisation", a accusé Andrii Kuzmenko, ambassadeur d'Ukraine au Qatar, interrogé avant de prendre place dans l'amphithéâtre du Congrès.

 Le placement par ordre alphabétique lui a valu de s'asseoir à trois rangées des délégués russes, symbole d'une des nombreuses lignes de fractures que le football mondial espère résorber.

Les modalités d' un tirage “à trous ”

Il restera trois cases à remplir après le tirage au sort du Mondial-2022, vendredi (18h00) à Doha (Qatar), avec les noms des deux vainqueurs des barrages intercontinentaux et celui du gagnant du dernier barrage européen impliquant l'Ukraine. Mode d'emploi d'un tirage à trous.

La France ne connaîtra peut-être pas ses trois adversaires. Tête de série grâce à leur classement Fifa (3e), les champions du monde en titre pourraient attendre les derniers barrages du mois de juin.

Sur un match au Qatar s'affronteront le Pérou et le vainqueur du barrage asiatique Emirats arabes unis-Australie d'une part, la Nouvelle-Zélande et le Costa Rica d'autre part.
Enfin il restera à déterminer qui du pays de Galles, qualifié pour la finale, et du vainqueur d'Ecosse-Ukraine, match reporté en raison de la guerre dans ce pays, décrochera le dernier billet européen.

Les Bleus pourraient hériter de cet adversaire puisque l'UEFA et ses 13 représentants est la seule confédération dont les équipes peuvent s'affronter.
Deux équipes d'Amérique du Sud, de la zone Concacaf, de l'Asie ou de l'Afrique ne peuvent pas se retrouver dans le même groupe.

Les 32 équipes sont réparties en quatre chapeaux de huit formations, en fonction de leur classement Fifa, arrêté jeudi, veille du tirage, avec le Qatar tête de série du groupe A, privilège du pays hôte.
Après eux, le Brésil, la Belgique, la France, l'Argentine, l'Angleterre, l'Espagne et le Portugal sont têtes de série.

Dans le chapeau 2, on retrouve d'autres pays européens (Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Croatie, Suisse) ainsi que l'Uruguay, le Mexique et les États-Unis.
A noter que le Onze national figure dans le chapeau 3.
 Les trois derniers barragistes se retrouvent dans le chapeau 4, indépendamment de leur classement Fifa.

Chaque chapeau est vidé successivement lors de la cérémonie, en commençant par le N.1 et en finissant par le N.4. A chaque équipe est associée un numéro, de 1 à 4, correspondant à sa position dans sa poule, une donnée qui déterminera l'ordre des rencontres.
Le calendrier définitif et le lieu des rencontres seront néanmoins officialisés plus tard par la Fifa.


Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS