Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues




"Ça fait 20 ans qu'on est «gilets jaunes», qu'on revendique des droits, qu'on subit les violences policières et qu'on se prend des coups de «flashball»": avec "Les Misérables", son premier long métrage, en compétition à Cannes, le Français Ladj Ly lance un cri d'alarme sur les banlieues. Celui qui a grandi et vit toujours à Clichy-Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, à l'est de Paris, avait filmé sa ville après les émeutes de 2005, provoquées par la mort de deux adolescents.
En qualité alors de documentariste. En 2017, il tente l'aventure de la fiction avec un court-métrage, "Les Misérables", nommé aux César, dont il va reprendre la trame pour un long-métrage en forme de manifeste, présenté mercredi soir en sélection officielle. Car, dans les banlieues, le risque d'explosion est plus que jamais là, explique le réalisateur de 39 ans. "On a eu 2005, on a eu un petit aperçu. Quinze ans après, les choses n'ont pas vraiment évolué", souligne celui qui se dit prêt à aller montrer à l'Elysée son film au président Macron. "Les Misérables", qui emprunte son titre au roman de Victor Hugo, dont l'action se déroule en partie à Montfermeil, suit les premiers jours de "Pento" (Damien Bonnard), un flic qui débarque à la brigade anti-criminalité, en plein été, au lendemain de la victoire des Bleus. Ses premières heures avec ses coéquipiers -- Chris (Alexis Manenti) et "Gwada", issu de quartiers (Djebril Zonga)-- s'apparentent à un bizutage et lui font découvrir la cité et ses habitants.  L'occasion de brosser un tableau saisissant d'une société, "si loin, si proche" de Paris, avec les jeunes -- "les microbes"-- qui errent sans perspective, les Frères musulmans qui prodiguent conseils aux petits, des gitans prêts à en découdre, des habitants chargés d'apaiser les tensions... "Montfermeil reste un ghetto laissé longtemps à l'abandon. Les gens sont obligés de trouver des compromis pour que ça ne dégénère pas", souligne Ladj Ly, qui a voulu éviter les clichés sur la banlieue, choisissant de ne pas mettre de rap dans le film, ni de montrer de drogues ou d'armes. Avec l'idée d'être au plus juste: "ni pro-banlieusards, ni anti-condés [anti-flics]". "Les Misérables, c'est tout le monde, les habitants, comme les policiers. C'est cette multitude de souffrance et de violence", souligne le comédien Damien Bonnard, vu l'an dernier dans "En Liberté!". Une violence sociale qui fait écho à celle des "gilets jaunes", estime Ladj Ly, et qui est réprimée de la même manière par des violences policières. Dans le film, c'est un tir de lanceur de balles de défense qui va précipiter l'explosion de la cité.

Samedi 18 Mai 2019

Lu 893 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com