Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Une des deux boîtes noires de l'Airbus A320 de Germanwings récupérée

Gigantesque opération pour récupérer les restes des victimes du crash dans les Alpes françaises




​Une des deux boîtes noires de l'Airbus A320 de Germanwings  récupérée
La boîte noire retrouvée mardi sur le site de l'accident de l'Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings est  celle enregistrant tous les sons et conversations du cockpit mais elle a été endommagée, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.
"La boîte noire retrouvée est le CVR"("cockpit voice recorder"), a déclaré cette source. "Mais le CVR a été endommagé. Il a été transféré à Paris ce matin (mercredi matin) au BEA" (Bureau d'enquêtes et d'analyses). 
La seconde boîte noire (FDR - "flight data recorder"), enregistrant les données du vol est toujours recherchée.
Les boîtes noires révèlent des informations cruciales et des axes d'enquêtes pour déterminer les causes d'un accident aérien.
Si le CVR, l'enregistreur de vol "phonique", était exploitable malgré son état, il permettrait d'entendre les conversations entre le commandant de bord et le pilote, mais aussi tous les sons et annonces entendus dans la cabine de pilotage, les alarmes qui ont pu éventuellement retentir. 
Une analyse acoustique poussée permettrait aussi de connaître par exemple le régime des moteurs. Mais, seule l'exploitation des deux enregistreurs permettra de comprendre avec certitude les circonstances exactes de l'accident.
Car le FDR enregistre lui, seconde par seconde, tous les paramètres sur une durée de 25 heures de vol (vitesse, altitude, trajectoire...).
Le BEA, chargé de l'enquête de sécurité technique, devait tenir une conférence de presse à son siège mercredi à 15H00 GMT au Bourget (banlieue parisienne).
Un grand nombre d'enquêteurs techniques et judiciaires se trouvent sur le site de l'accident. Une gigantesque et périlleuse opération de recherche a repris mercredi pour récupérer en pleine montagne les restes des 150 victimes de l'accident d'un Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings qui s'est écrasé mardi dans les Alpes françaises pour des raisons inexpliquées.
La recherche s'annonce complexe étant donné la dispersion des débris sur près de 4 hectares à flanc de montagne, dans une zone très difficile d'accès des Alpes du sud, à 1.500 mètres d'altitude, où l'appareil s'est pulvérisé. L'avion de la filiale low-cost de la Lufthansa, était parti mardi matin de Barcelone (Espagne) à destination de Düsseldorf (Allemagne), avec 144 passagers et six membres d'équipage.
"L'hypothèse terroriste n'est pas privilégiée", a déclaré mercredi le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. "Toutes les hypothèses doivent être regardées de près aussi longtemps que l'enquête n'a pas donné ses résultats".
Le président François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, étaient attendus vers 13H00 GMT sur le lieu de la catastrophe.

Jeudi 26 Mars 2015

Lu 272 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés